En ce moment
 
 

Histoire belge: l'armée rénove une quarantaine de blindés pour 31 millions d'euros... et les rend INUTILISABLES

  • Armée belge: 30 millions investis dans des blindés inutilisables !

  • Des chars rénovés inutilisables? "On ne va pas les jeter à la poubelle"

 

Nos véhicules blindés déjà défaillants ont été... un peu trop blindés !

L'armée a acheté ces 60 véhicules, qu'on appelle Pandur, en 1998, mais ils s'étaient révélés trop dangereux avec une très mauvaise tenue de route. Trois militaires étaient d'ailleurs morts à cause d'une défaillance des freins. En 2015, sous le ministre Steven Vandeput, la décision a été prise d'en moderniser une quarantaine plutôt que de les remplacer. Un investissement de 31 millions d'euros pour des aménagements réalisés par une entreprise suisse entre 2015 et 2020.

Testés et recalés

Mais c'est raté: les 4 véhicules qui sont déjà sortis de l'usine ont été testés... et recalés par le Bataillon de Chasseurs à Cheval de la Composante Terre. Ils ont constaté que ces nouvelles versions n'ont plus une tenue de route suffisante pour être utilisés : direction et freins ne fonctionnement pas correctement.

Pas plus d'1m70

De plus, ils ne peuvent plus être conduits par tous les pilotes... En effet, les membres de l'équipage ne doivent plus dépasser 1m70 à cause du blindage supplémentaire. L'intérieur du véhicule a complètement changé et il est devenu difficile de rentrer et sortir du blindé. Les pédales et le volant sont aussi devenus peu accessibles.

Briefing avec le ministre aujourd'hui

Le nouveau ministre de la Défense Philippe Goffin était l'invité de Fabrice Grosfilley ce matin sur Bel RTL. Pour lui, "on ne va pas les jeter à la poubelle. J’ai pris contact avec l’Etat-major. Cet après-midi il y aura un briefing complet et détaillé sur l’explication de ces aménagements", explique-t-il.

"Il y a d'autres engins qui requièrent des gabarits particuliers"

La Défense a pris contact avec l'entreprise suisse. Le but semble de leur permettre de tout de même être utilisés au plus vite en refaisant des modifications. Mais concernant le problème de la taille requise, il semble qu'il faudra faire avec : "Les soldats qui devront rentrer dans ces véhicules devront avoir un gabarit un peu particulier : pas plus d’un mètre septante. Je note quand même qu’il y a d’autres engins de l’armée qui requièrent des gabarits particuliers", a encore déclaré M. Goffin.

Ces chars auraient normalement dû être exploités au Mali en 2021 mais ces nouvelles modifications ne semblent pas attendues avant 2022.

Vos commentaires