En ce moment
 
 

Comité de concertation: voici tout ce qui change

 
 

La quatrième phase du plan été d'assouplissement des mesures sanitaires est enclenchée à partir du 1er septembre, a annoncé vendredi le Premier ministre à l'issue du comité de concertation. Cette nouvelle étape ne profitera toutefois pas entièrement à Bruxelles. Une grande partie des mesures y seront maintenues, en particulier dans l'Horeca, en raison du taux trop faible de vaccination.

Mariages, horeca, boîtes de nuit... Plusieurs secteurs étaient suspendus aux lèvres du comité de concertation qui s'est réuni ce vendredi à partir de 14h au Palais d'Egmont à Bruxelles. Les représentants des gouvernements du pays ont examiné la situation sanitaire et ont déterminé quelles mesures étaient encore nécessaires pour les prochains mois.

Les objectifs du "Plan été" étant atteints, certaines restrictions peuvent être levées comme prévu dès le 1er septembre. L'adoption des assouplissements est toutefois laissée à l'appréciation des régions, et sera postposée en région bruxelloise.

C'est un pari sur l'intelligence de nos concitoyens

A la sortie du comité de concertation, le ministre-président wallon a affirmé que "toutes ces libertés additionnelles, en fait c'est un pari sur l'intelligence de nos concitoyens". "Tout ce que nous faisons n'a de sens que si on se vaccine", a ajouté Elio Di Rupo. Le Premier ministre a soutenu le même discours lorsqu'il a lancé la conférence de presse à 18H. "Le message est donc clair: faites-vous vacciner. Si vous vous faites vacciner, c'est clairement une bonne chose pour votre santé, mais aussi pour votre famille, vos voisins, vos parents, etc.", a déclaré Alexander De Croo.

Les représentants des gouvernements ont ensuite énuméré les changements qui entreront en vigueur dans les prochaines semaines.

CE QUI CHANGE DÈS LE 1ER SEPTEMBRE (sauf à Bruxelles)

HORECA

1er septembre:

  • Heures d'ouverture et fermeture dans l'horeca: plus de limite (aussi pour le service à domicile dans le cadre des activités horeca).
  • Nombre de personnes par table: plus de limite.
  • Fin de l'obligation de s'asseoir à table.
  • Service au bar autorisé.
  • Plus aucune distance-limite entre les tables.
  • Fin des dernières restrictions aux terrasses.
  • Son: fin de la limitation à 80 décibels.

Le masque reste obligatoire lors des déplacements à l’intérieur d’un établissement horeca

1er octobre:

  • Possibilité de danser dans les cafés.
  • Réouverture des discothèques (avec protocoles renforcés en ce qui concerne la qualité de l’air, la ventilation et la capacité maximale en fonction de la superficie).

MARIAGE ET FÊTES PRIVÉES

  • On pourra à nouveau danser dans les fêtes privées et les mariages à partir du 1er septembre.
  • Les restrictions applicables aux buffets sont également levées.

CULTES

Les restrictions sont levées concernant les mariages civils, les funérailles, l'exercice individuel et collectif de l’assistance morale non confessionnelle au sein d'une association philosophico-religieuse, à la visite individuelle ou collective d'un bâtiment destiné au culte ou à l’assistance morale non confessionnelle.

Le port du masque obligatoire est maintenu.

INVITÉS À LA MAISON

Il n’y aura plus de restrictions en ce qui concerne le fait de recevoir des personnes à la maison ou dans un logement touristique.

MASQUE

A partir du 1er septembre, l’utilisation du masque n’est plus obligatoire dans les locaux accessibles au public d’entreprises, d’administrations publiques ou d’associations et du secteur culturel, festif, sportif, récréatif et événementiel pour des événements et fêtes privés de 200 spectateurs maximum à l’intérieur et de 400 spectateurs maximum à l’extérieur, sauf si l'autorité locale compétente en décide autrement. Si ces limites sont dépassées, les organisateurs pourront utiliser le Covid safe ticket pour éviter le port obligatoire du masque (voir ci-dessous).

Le port du masque reste obligatoire dans toute une série de situations:

  • transports en commun et les gares,
  • dans les magasins et les centres commerciaux,
  • lors des déplacements dans les établissements Horeca,
  • dans les salles de conférence, les foires commerciales, les auditoriums,
  • les lieux de culte,
  • les palais de justice,
  • les bibliothèques
  • lors de manifestations.

Dans les lieux très fréquentés tels que les rues commerçantes, les marchés annuels et les foires, le port du masque reste obligatoire, comme
le prévoient les autorités locales compétentes.

ÉVÉNEMENTS & COVID SAFE TICKET

  • Les restrictions pour les événements de moins de 200 spectateurs à l’intérieur et moins de 400 spectateurs à l'extérieur sont levées, sauf avis contraire de l'autorité locale compétente.
  • Pour les événements à l’intérieur de plus de 200 spectateurs et les événements en plein air de plus de 400 spectateurs, les organisateurs qui le souhaitent peuvent utiliser le "Covid safe ticket" (CST), à partir du 1er septembre, et limiter le public aux personnes munies du CST. Dans ce cas uniquement, les obligations concernant le masque, la distance sociale et le CIRM/CERM (Covid Infrastructure Risk Model et Covid Event Risk Model) seront annulées.

OBLIGATION DE VACCINATION POUR PERSONNEL SOIGNANT

Le comité de concertation demande à explorer sous quelles modalités la vaccination obligatoire pourrait être implémentée pour tous les prestataires de soins, y compris les travailleurs indépendants, tant dans le secteur ambulatoire que dans les établissements de soins (voir notre article sur le sujet).

Les ministres de la Santé publique sont aussi invités à publier sans délai les taux de vaccination des soignants par établissement de soins.

TÉLÉTRAVAIL

Le Comité de concertation invite les entreprises à ancrer structurellement le télétravail.

PHASE POST-FÉDÉRALE

Le Commissariat COVID-19 et le Centre national de crise sont chargés d'élaborer un rapport circonstancié sur la manière d'organiser la fin éventuelle de la phase fédérale et la phase post-fédérale. Le mandat du Commissariat COVID-19 est également prolongé de six mois, notamment pour accompagner la fin de la phase fédérale et assurer le transfert des missions.


 




 

Vos commentaires