En ce moment
 
 

Moins indemnisés qu'en Flandre, les cafetiers francophones intentent une action en justice contre les régions wallonne et bruxelloise

CORONAVIRUS

La fédération des cafés Fedcaf Wallonie Bruxelles introduit une action en justice contre les régions wallonne et bruxelloise. Les cafetiers s'estiment discriminés par rapport à leurs homologues flamands qui reçoivent une indemnisation plus élevée. 

> CORONAVIRUS en BELGIQUE: les dernières infos

Ce matin, Vanessa Charlier revient dans son bistrot familial à Bruxelles pour y faire l'inventaire. Nos journalistes l’avaient rencontrée le 14 mars, jour de fermeture de l’Horeca. Elle recevait son dernier client, un habitué de la maison. Depuis ce jour, la jeune femme n’a touché qu’une prime de 4000 euros de la région bruxelloise. "Notre loyer est déjà plus du double donc une prime de 4.000 euros ne paie même pas notre loyer. Pour qu'on fonctionne bien et qu'on sache payer tout ce qu'on doit et avoir un peu de bénéfices, on doit faire 4.000 euros par jour", annonce la tenancière.

Une prime unique de 4.000 euros à Bruxelles et 5.000 en Wallonie. Pourtant, au nord du pays les cafetiers flamands ont reçu une indemnité de 160 euros par jour depuis le 6 avril en plus de la prime. Le secteur dénonce une mesure discriminatoire.

"Tenez bon"

"Il n'y a pas de raison que dans une partie de la Belgique on puisse toucher trois fois ce qu'on touche ailleurs. Nous sommes des entrepreneurs belges, nous avons un numéro d'entreprise belge. Il n'y a pas de raison qu'un côté soit défavorisé par rapport à l'autre", estime la présidente de la Fédération des cafés de Belgique, Diane Delen. Elle en appelle aux autorités fédérales. Elle rencontrait ce midi le ministre des Indépendants et de l'Agriculture Denis Ducarme pour évoquer d’urgence un plan de relance. "Tenez le coup. Nous arrivons avec un certain nombre de mesures qui doivent vous aider, vous soutenir pour vous relancer", lance le ministre aux cafetiers.

Mais les paroles ne suffiront pas à atténuer la colère du secteur qui a intenté une action en justice. L’affaire devrait être jugée la semaine prochaine. De son côté Vanessa Charlier espère retrouver bientôt sa clientèle, peut-être le 8 juin.

 

Vos commentaires