En ce moment
 
 

Coronavirus dans votre foyer: la quarantaine des proches doit durer minimum 17 jours

Coronavirus dans votre foyer: la quarantaine des proches doit durer minimum 17 jours
©RTLINFO
 
CORONAVIRUS
 

Le centre national de crise a annoncé ce lundi une baisse du nombre de nouvelles contaminations pour les 7 derniers jours. "Cette forte diminution s'est relativement rapidement mise en place. Mais nous restons avec un nombre important de contaminations dans notre pays", a déclaré Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral Covid-19. Par conséquent, il a tenu à rappeler les bons réflexes à adopter lorsqu'on se retrouve contaminé ou contact à haut risque.

Le spécialiste des maladies infectieuses explique donc la différence entre quarantaine et isolement. "La quarantaine, c'est s'isoler préventivement parce qu'on a eu un contact à haut risque avec une personne infectée". Un contact à haut risque signifie avoir passé au moins 15 minutes à moins d'1,50 mètre d'une personne infectée. Ces 15 minutes ne se suivent pas nécessairement. Cela peut être 15 minutes sur toute une matinée, par exemple. De même, un contact à haut risque implique que les deux personnes ou l'une des deux ne portaient pas de masque. Sinon, il s'agit d'un contact à faible risque. Sans ces précautions, le risque d'avoir attrapé le virus est significatif. "Il est de 15 à 30 % donc 1 personne sur 3 à 1 personne sur 6 qui est un contact à haut risque, a attrapé le virus", rapporte Yves Van Laethem.

Transmission du virus

Le porte-parole rappelle également une caractéristique de ce coronavirus qui rend le contrôle de la propagation difficile : "On peut être contaminé sans le savoir". Pendant plusieurs jours, le virus est très peu présent chez une personne contaminée. Ainsi, "un frottis a toutes les chances de revenir négatif parce qu'il n'y a pas assez de virus" pour que l'analyse le détecte. Ce test n'a donc pas de sens à ce moment-là et ne peut pas remplacer la quarantaine mais si on ne se sent pas malade.

Autre problème : une personne infectée par le virus peut le transmettre sans même être cliniquement malade. Elle exprime la plus grande quantité de virus dans les 24-48 heures avant le début des symptômes cliniques et pendant les derniers jours des symptômes, s'il y en a. "C'est toute l'importance de la quarantaine : pour casser cette chaîne de transmission. Elle est essentielle. Même si vous trouvez ça gênant, elle est importante pour que le virus ne se répande pas dans la société. C'est un rôle que vous et vous seul pouvez exercer", insiste Yves Van Laethem. 

Quarantaine et isolement au sein du foyer familial

Alors quelle différence entre la quarantaine et l'isolement ? Si un membre de la cellule familiale est contaminé, il va se placer à l'isolement. Il concerne quelqu'un qui est testé positif pour le coronavirus qu'il soit malade ou asymptomatique. Il est alors préconisé d'éviter au maximum tout contact, même au sein du foyer, en essayant tant que possible d'occuper une pièce différente des autres membres de la famille. Le port du masque en présence des autres personnes doit aussi être systématique : "Il ne s'agit pas d'un conseil comme lors de la quarantaine mais d'une obligation morale vis-à-vis des autres personnes", estime le porte-parole.

De son côté, l'entièreté du groupe familial qui vit sous le même toit que la personne contaminée va se mettre en quarantaine. La durée de base de la quarantaine est de 10 jours à compter du dernier moment de contact avec la personne infectée. 

L'isolement dure 7 jours, parfois plus en fonction des symptômes qui peuvent durer plus longtemps. Mais les personnes de la même cellule familiale vont rester en quarantaine pour 10 jours après les jours d'isolement de la personne contaminée. En effet, si la personne contaminée est contagieuse pendant 7 jours, elle peut très bien contaminer quelqu'un d'autre le 7ème jour. Ainsi, les personnes de son entourage vivant sous le même toit devront respecter une quarantaine d'une durée totale de 17 jours. "Ceci est complexe mais ce sont par ces petits gestes que nous pouvons tous contribuer à casser cette chaîne de transmission du virus", conclut Yves Van Laethem. 

COVID-19 en Belgique : où en est l’épidémie ce lundi 9 novembre ?


 

 




 

Vos commentaires