En ce moment
 
 

Reprise des écoles maternelles et primaires: le groupe des experts "a-t-il été poussé dans le dos par le monde politique"?

 
CORONAVIRUS
 

Erika Vliegue, présidente du groupe d'experts, était l'invitée de 7h50 de BEL RTL ce jeudi matin. Elle répondait aux questions de Fabrice Grosfilley sur ce revirement de situation qui permet la réouverture des écoles maternelles dès le mardi 2 juin et des primaires une semaine plus tard. C'est l'aspect scientifique. Pour l'aspect politique, voyez les explications de la Ministre Caroline Desir

Les experts ont changé d'avis. Ont-ils été poussés dans le dos par le monde politique?

Selon Erika Vliegue, cette décision a été prise en âme et conscience: "Non, nous n'avons pas été influencés par le monde politique. D'abord dans le groupe des experts, nous nous sommes dit qu'il fallait réfléchir avec la réalité du terrain qui, il est vrai, est un peu différente dans les 4 coins du pays. Mais notre devoir c'est de considérer ce qui est vraiment prudent, quels sont les éléments de prudence qui prévalent et quels sont les éléments qui peuvent être relâchés. On s'est bien concerté avec le conseil des pédiatres qui ont étudié ce sujet et qui nous ont confirmé que cet arrangement était assez prudent pour les enfants les plus jeunes", a assuré la scientifique sur notre antenne.

Elle développe la réflexion des scientifiques qui a amené "à repenser l'essentiel du reste": "On était déjà dans un processus de réflexion depuis plusieurs jours. Comme vous le savez, nos collègues, les pédiatres, et aussi d'autres médecins avaient fait des réflexions. Et nous tous avons vu passer beaucoup plus d'informations rassurantes concernant le rôle de ces enfants dans cette épidémie, leurs impacts et leurs rôles comme transmetteurs. Et tout cela nous a amenés à repenser les mesures prises concernant les fameux 4 mètres carrés, sur lesquels je n'ai pas voulu réagir immédiatement."(...)

Pourquoi cette différence faite par âge? Les experts reconnaissent-ils une vraie distinction entre les enfants de moins de 12 ans et de plus de 12 ans?

"Tout à fait", estime l'experte. "Il faut faire une distinction entre les enfants âgés de 0 à 6 ans et 6 à 12 ans et plus de 12 ans. Graduellement, le risque augmente avec l'âge, aussi parce que les parents sont plus âgés, etc... Donc à partir de 12 ans, dans le secondaire et dans l'enseignement supérieur, cela a plus d'impact sur l'épidémie. De plus, les jeunes enfants ont beaucoup plus de mal à conserver les distances, etc... Donc, c'est une combinaison de tous ces éléments qui nous ont amenés à repenser l'essentiel du reste", assure Erika Vliegue.

La Belgique influencée par le Danemark?

Le Danemark a déjà rouvert ses écoles. Et l'épidémie ne semble pas y avoir connu un rebond significatif. Ce pays a-t-il servi d'exemple pour la Belgique? "C'est un peu une combinaison de différents facteurs mais oui, les chiffres bons du Danemark nous offrent du recul, car c'est effectivement encourageant de constater cette expertise au Danemark, et de voir qu'il n'y a pas de rebond dans les chiffres, et que cela peut marcher. Maintenant, soyons clairs, ce retour à l'école n'est que pour quelques semaines."

Quid de l'horeca, la culture, etc? On se dit effectivement qu'il va aussi y avoir un assouplissement dans ces domaines?

"Attention, ces décisions concernent bien sûr les enfants et le rôle des jeunes enfants dans l'épidémie est différent de celui des jeunes adultes et étudiants. Il faudra prendre cela en compte. Cette tranche d'âge a ses propres particularités", tempère l'experte.

 




 

Vos commentaires