En ce moment
 
 

Coronavirus - Roxane, gérante d'un restaurant, est en détresse absolue

 
CORONAVIRUS
 

A l'inverse des commerçants, les restaurateurs et les cafetiers, eux, n'ont toujours aucune perspective de réouverture. Et ils ne devraient pas rouvrir, au mieux, avant la mi-janvier voire plus tard. Roxane Godefroid, gérante d'un restaurant à Nassogne, a accepté de se livrer sur son histoire. Elle représente la détresse du secteur de l'Horeca en ces temps de pandémie.

"Nous n'avons reçu aucune aide. Avec mon époux, on a été obligé de prendre l'initiative de vendre des objets personnels, notamment les jouets de notre enfants, mais aussi de la vaisselle et des postures. Les factures tombent et je dois continuer à payer, sans aucune aide!",  explique Roxane dans son restaurant vide. 

Lors du premier confinement, Roxane avait pu bénéficier d'une prime de 5.000 euros et vivait sur ses économies. Le deuxième confinement est tombé il y a un mois et avec lui, la fermeture de l'Horeca s'est imposée. Roxane, comme beaucoup d'autres du secteur, a durement été touchée par la crise du coronavirus: ses factures arrivent toujours et pourtant, ses économies sont épuisées. 

Je me couche tous les soirs vers 2-3h avec la boule au ventre

"Je suis dans un état d'esprit très difficile, je ne suis quand même pas en dépression mais je prends des médicaments le soir pour m'aider à dormir. Je me couche tous les soirs vers 2-3h avec la boule au ventre. Le matin, je me lève en me demandant ce qu'il va m'arriver de plus aujourd'hui, quelle facture je vais devoir payer? Est-ce que je vais réussir à la payer? Quand je vois une voiture passer dans la rue et ralentir devant la maison, je me dis que je vais avoir un huissier, je me demande ce qu'il va venir me réclamer? Ce qu'on va me saisir? Je n'ai plus rien", raconte Roxane. 

Mais pour elle, pas question de penser à rouvrir le secteur si une troisième vague est d'actualité: "Je ne conçois pas de rouvrir l'Horeca maintenant à l'heure actuelle. Si c'est pour avoir une troisième vague et refermer juste après, je ne préfère pas. J'aime mieux qu'on nous dise 'vous fermez l'Horeca jusqu'au 15 janvier ou début février' pour être sûr que tout le monde soit sauvé et bien avant d'envisager une réouverture. Pour moi c'est inconscient de rouvrir l'Horeca maintenant!", conclut-elle.  

Roxane est un exemple parmi d'autres, ils sont des centaines à vouloir être soutenus ou rouvrir dans les prochaines semaines. 

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce vendredi 27 novembre ?

Un comité de concertation très attendu se tient aujourd'hui: voici les points qui seront abordés

 




 

Vos commentaires