En ce moment
 

Semaine de la mobilité: quelles sont les alternatives à la voiture?

  • Semaine de la mobilité: quelles sont les alternatives à la voiture ?

  • Semaine de la mobilité: quel est le futur de la mobilité ?

 

Invité du RTLInfo 13H, Guillaume Servonnat, directeur de l'Association Maestro Mobile, évoque les alternatives à la voiture pour se rendre sur son lieu de travail ainsi que les arguments pour convaincre les plus réfractaires au changement.

Les alternatives à la voiture ne se résument pas au vélo et aux transports en commun, souligne Guillaume Servonnat, dont l’asbl aide les citoyens à repenser leurs déplacements. "De nouveaux outils de micro mobilité, comme les trottinettes électriques, rendent possible un panachage des différentes mobilités, en combinaison le plus souvent avec les transports en commun", a-t-il expliqué.

"Souvent, on n’a pas connaissance de ces alternatives, l’idée c’est de les tester", poursuit Guillaume Servonnat. Voitures partagées, vélos partagés, vélos pliables, trottinettes, skateboards électriques, hoverboards… autant de solutions à expérimenter.

68% des travailleurs utilisent leur voiture pour aller au travail, a rappelé notre présentatrice Alix Battard. Pour inverser la tendance, l'Association Maestro Mobile essaye d’accompagner les usagers. Guillaume Servonnat salue l’existence du "budget mobilité" sans s’en contenter. "Il y a sans doute d’autres choses à faire", estime-t-il.


"Un mouvement général pour partager les véhicules"

Pascal Smet, ministre bruxellois de la mobilité, faisait part ce matin sur Bel RTL de sa conviction que la voiture individuelle disparaîtrait d’ici 15, 20 ans, au profit de "véhicules automatisés électriques partagés". "Parle avec les constructeurs de voitures, ils le savent très bien", a-t-il affirmé.

La voiture partagée, "tous les grands constructeurs s’y mettent, explique Guillaume Servonnat. Il y a un mouvement général pour partager les véhicules, cette valeur qui est finalement très peu utilisée".

"De là à ce qu’on en vienne à des mondes véhicules complètement automatisés, il y a un pas que je me garderais de franchir", a précisé Guillaume Servonnat. Pour le directeur de l’association Maestro mobile, l’essentiel est d’essayer de "panacher sa mobilité" en expérimentant les différentes solutions possibles.

Vos commentaires