En ce moment
 

L'humoriste belge Stéphane Steeman est décédé

  • Stéphane Steeman est décédé à l

  • Les réactions des personnalités au décès de Stéphane Steeman

 

Stéphane Steeman est décédé. On l'a appris aujourd'hui en début d'après-midi. L’acteur et humoriste belge s'est éteint à l'âge de 82 ans, à Fréjus en France. Imitateur, humoriste, acteur, il avait fait les beaux jours de la RTBF. Il était connu notamment pour son rôle de "Madame Gertrude" dans "Bon week-end". Il avait aussi travaillé pour RTL TVI. Stéphane Steeman était également un tintinophile averti. Il était aussi très proche de la famille royale.

Stéphane Steeman était le fils de l'écrivain Stanislas-André Steeman, auteur de "L'assassin habite au 21", dont il a écrit une biographie. D'abord imitateur dans les années 60 (Guitry, Merckx...), Stéphane Steeman a ensuite animé une émission de radio humoristique avec Jacques Mercier, "Dimanche musique", sur les ondes de la RTBF et réalise de multiples canulars téléphoniques.

Un homme aux multiples talents

Son duo avec la comédienne Georgette Mariot, Marion, dans plusieurs émissions d'humour telles que "Les Belges années" ou "Keskinvapa", à la fin des années soixante, a contribué à sa notoriété. C'est dans les années 90 que ce grand connaisseur et collectionneur d'Hergé participe avec son rôle de Madame Gertrude à l'émission Bon week-end sur la chaîne publique, qui durera sept ans. Bernard Perpète, qui incarnait son petit-fils Chris, est décédé en 2006. Stéphane Steeman fut aussi durant dix ans le meneur de la Revue du Théâtre des Galeries, à Bruxelles, où il rencontrera Régine Verelle, qu'il épousera en 1987. C'est dans ce théâtre qu'il joua plusieurs pièces, dont "Bossemans et Coppenolle". A ses débuts, il avait travaillé sur Radio Luxembourg et RTL-TVI. Il est l'auteur de plusieurs livres et a enregistré plusieurs albums de ses sketches, canulars et imitations et des 45 tours. Stéphane Steeman avait fêté dans un spectacle ses 50 ans de carrière en 1998.

>PLUSIEURS PERSONNALITES LOUENT L'HUMOUR DE STEPHANE STEEMAN DANS NOTRE JOURNAL DE 19H

Vos commentaires