En ce moment
 
 

Un médecin bruxellois mis à la porte par ses colocataires: ils ont eu peur qu'il ramène le virus à la maison

CORONAVIRUS

Le coronavirus en Belgique est combattu par le personnel médical qui œuvre chaque jour pour sauver des vies. Alors que des Belges se donnent quotidiennement rendez-vous pour applaudir les soignants, tout le monde ne semble pas si reconnaissant...

Chaque soir à 20h, vous êtes nombreux à applaudir le personnel médical et pourtant. Le personnel soignant est aussi victime de discrimination et de rejet en cette période d'épidémie, comme en témoigne un article publié par le Spécialiste, une revue qui reprend l'actualité des médecins spécialistes. 

Thomas (prénom d'emprunt) est un jeune médecin, assistant en chirurgie. Il travaille dans un hôpital bruxellois. Ce lundi, après sa journée de travail, il rentre dans son appartement qu'il partage avec 3 colocataires qu'il connaît depuis le secondaire.

Mai ses amis de longue date lui réservent un accueil glacial. Ils ont peur. Peur de voir leur ami ramener le virus dans la colocation.

C'est irrationnel

"Je leur ai pourtant dit que je n’étais pas en contact direct avec des patients Covid19(...) Ils m’ont dit que j’étais dangereux pour eux et que je devais partir... et même que j’étais dangereux pour leur famille. Je leur ai pourtant dit qu’ils ne pouvaient pas aller voir leur famille puisqu’on était en confinement. Ils n’ont rien voulu entendre et j’ai dû partir. C’est une réaction primaire et collective de personnes que je connais depuis mes secondaires tout de même. C’est irrationnel", témoigne Thomas qui s'exécute. 

Lorsqu'il retourne dans l'appartement pour reprendre quelques affaires, il découvre ses colocataires en train de faire la fête avec d'autres amis... 

Suite à cela, le jeune médecin est parti vivre chez son père, anesthésiste et âgé 60 ans. Ils font donc attention l'un à l'autre.

> CORONAVIRUS BELGIQUE: consultez les dernières infos

> CORONAVIRUS SYMPTÔMES: voici les signes qui montrent que vous pourriez avoir le Covid-19

 

Vos commentaires