En ce moment
 
 

On est en octobre... pourquoi y a-t-il toujours des moustiques?

On est en octobre... pourquoi y a-t-il toujours des moustiques?
Image d'illustration

Être réveillé par le bourdonnement strident d'un moustique au mois d'octobre, est-ce bien normal? D'après le spécialiste que nous avons contacté, il n'y a pas lieu de s'inquiéter: la toute dernière génération de ces insectes devient adulte à cette période dans nos régions. Et en principe, ils ne piquent pas. En principe...

Beaucoup de gens s’étonnent que les moustiques soient encore très nombreux en ce début du mois d’octobre. Associés aux chaleurs de l’été, ces insectes semblent tenir le coup une fois l’automne arrivé. Est-ce nouveau ? Pour Thierry Hance, entomologiste à l’Université Catholique de Louvain, pas du tout: "C’est tout à fait normal, c’est comme ça chaque année, ici on connaît des beaux jours donc on les voit plus. Notre moustique le plus fréquent en Belgique, le Culex pipiens, passe l’hiver à l’état adulte. Il se réfugie dans les maisons et dans les greniers, ou dans la nature, dans les petits creux des arbres. Il y a plusieurs générations par an, et la dernière génération arrive seulement maintenant à l’âge adulte".


La faute au réchauffement climatique?

La présence actuelle de moustiques n’est donc pas à imputer au réchauffement climatique, elle est tout à fait classique. Cependant, le réchauffement de la planète pourrait un jour avoir pour conséquence de favoriser l’apparition d’une nouvelle génération de moustiques chez nous, en novembre par exemple. Mais jusqu’ici, rien d’anormal. A noter également que ces moustiques d'octobre ne piquent – normalement – pas: "Ils s’apprêtent à passer à l’hiver, donc ils n’ont pas de raison de se gorger de sang et de pondre". Ceci dit, les moustiques pourraient piquer s’il fait un peu chaud pour la saison: "On a du beau temps qui perdure, cela peut modifier les signaux que perçoivent les espèces".


Les moustiques sur "pause" pendant tout l'hiver

Pour l’heure, ces insectes s’apprêtent à passer l’hiver en état de "dormance": "Pendant l’hiver, ils sont au repos métabolique complet, ils ne bougent plus. Il n’y a pas de battement: ils n’ont pas vraiment un cœur mais une artère pulsatile". Ce n’est que lors des remontées de températures (dès le mois d’avril généralement) que le moustique va, en quelque sorte, reprendre vie. Le moustique vit relativement longtemps par rapport aux autres insectes: entre 20 à 30 jours. Sa durée de vie est rallongée durant cette "pause" qu’est la dormance.


Le moustique japonais aussi

Il y a aussi d’autres espèces, comme le moustique japonais (on ne parle pas ici du moustique tigre, qui n’a pas colonisé la Belgique), une espèce invasive qui s’étend dans toute l’Europe. Il n’est pas plus virulent que notre moustique commun, mais il a pour sale habitude de piquer la journée et non la nuit, ce qui le rend particulièrement désagréable. Les hivers doux ont certainement favorisé sa survie, d’après l’entomologiste.

Ce moustique-là passe l’hiver sous forme d’œuf, dans de petites flaques d’eau: "L’œuf a besoin d’eau pour se développer, ça donne une larve aquatique qui remonte à la surface de l’eau pour respirer. Cette larve va sa développer, et va donner une pupe [le stade intermédiaire entre l’état de larve et l’insecte, ndlr]. Cette larve, différente, plus noire, va venir se coller à la surface de l’eau avant de devenir un insecte. La meilleure façon de lutter contre l’apparition de ces moustiques, c’est d’éliminer ou de couvrir les petites zones d’eau comme les récipients ou les seaux", explique Thierry Hance.


Deborah Van Thournout

Vos commentaires