Jacques Higelin est "tombé au ciel"

Jacques Higelin est
Le chanteur Jacques Higelin en concert à La Cigale, le 10 mars 2010 à ParisLionel BONAVENTURE

La chanson française est orpheline de son poète rock le plus flamboyant et de l'une de ses bêtes de scène les plus généreuses : "monument", homme "libre" qui "aimait la fantaisie", l'enchanteur Jacques Higelin est mort vendredi matin à l'âge de 77 ans.

"Aziza, sa femme, Arthur H, Kên Higelin et Izia Higelin ont la douleur d'annoncer la disparition de Jacques Higelin ce matin", a annoncé sa famille dans un communiqué transmis à l'AFP.

Ces derniers mois, son entourage avait fait état d'une "fatigue" du chanteur.

"Je ne peux que crier", a d'abord réagi auprès de l'AFP sa complice depuis les années 60 Brigitte Fontaine, la voix déchirée. "J'ai perdu le frère de toute ma vie", a-t-elle dit plus tard dans la journée.

"Il était très libre, il aimait la fantaisie", a salué une grande fan de Higelin, la chanteuse Catherine Ringer.

"On vient de perdre un monument de la scène française", a renchéri la chanteuse La Grande Sophie. "Quand il se produisait en concert, je voyais la salle s'illuminer. Il n'était pas du tout dans un formatage, il incarnait la liberté absolue, avec sa façon bien à lui de s'adresser au public".

"Véritable bête de scène, il avait du mal à la quitter", a souligné en soirée le président Emmanuel Macron dans un communiqué, saluant "un poète de la chanson française".

"Champagne pour les poètes et tristesse pour ceux qui les voient partir!", a tweeté le Premier ministre, Edouard Philippe, quand la ministre de la Culture Françoise Nyssen a rendu hommage à "un chanteur à part".

Père de trois enfants artistes, le chanteur Arthur H, la chanteuse Izia Higelin, et le réalisateur Kên Higelin, il laisse derrière lui une vingtaine d'albums qui ont marqué la chanson française, comme "BBH 75" (1974), "Alertez les bébés" (1976), ou le diptyque "Champagne pour tout le monde..." et "... Caviar pour les autres" (1979).

- Poète hirsute -

A la fin des années 80, après quelques années de creux, il réussit un retour spectaculaire avec l'album "Tombé du ciel", son plus gros succès (300.000 exemplaires vendus). Produit par Jacno, il contient le single éponyme, un hommage à son idole Charles Trenet, qui restera un de ses plus grands tubes.

Poète survolté, généreux, engagé, Jacques Higelin aura été l'auteur d'autres chansons restées dans les mémoires telles que "Pars", "Champagne", "Je ne peux plus dire je t'aime" ou encore "Poil dans la main".

Né pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1940, il a débuté sa carrière artistique au théâtre au début des années 60, avant de rencontrer les musiciens Areski et Brigitte Fontaine, avec lesquels il incarna un renouveau de la chanson française au milieu des années soixante.

Ses talents de comédien - il compte une trentaine de films en tant qu'acteur - lui ont permis de se tailler une réputation de showman aussi ébouriffant qu'imprévisible. Que ce soit dans la rue où il improvisait des concerts happenings, à la télévision où ses performances ont fait grimper le stress de plus d'un animateur, et évidemment sur scène lors de ses concerts marathon.

En 2005, Higelin, "le poète hirsute" rend hommage à Charles Trenet "le fou chantant", mort quatre ans auparavant, avec un spectacle qui témoigne de l'étendue de ses talents d'interprète.

Aussi à l'aise dans la poésie, le rock, la chanson, le folk ou même le psychédélisme durant toute sa carrière, il avait donné son tout dernier concert en octobre 2015 à la Philharmonie de Paris, à deux pas de sa maison de Pantin, pour célébrer ses 50 ans de carrière.

Beaucoup d'émotion avait accompagné cette soirée, où on le voyait notamment chanter aux côtés de son fils Arthur H et de sa fille Izia. Cette fille dont il a chanté les louanges plusieurs fois et dans laquelle "il se reconnaissait complètement", rappelait vendredi le musicien Rodolphe Burger, qui a travaillé sur son dernier album, "Higelin 75", paru en octobre 2016.

Le Printemps de Bourges, dont il a largement contribué au succès de la première édition en 1977, devrait lui rendre hommage à l'occasion de sa prochaine édition fin avril.

Vos commentaires