En ce moment
 
 

Un Belge dans le premier film sur le sauvetage des enfants prisonniers dans une grotte en Thaïlande

Un Belge dans le premier film sur le sauvetage des enfants prisonniers dans une grotte en Thaïlande
Fredrik Divall (c) De Warrenne Pictures Co

Dans la course à la mise en scène de l’histoire relatant l’émouvante odyssée des 12 jeunes footballeurs et de leur entraîneur sauvé d’une grotte inondée dans le nord de la Thaïlande, The Cave pourrait bien être le premier long métrage de fiction projeté sur les écrans. Parmi les acteurs principaux figurent le Belge Jim Warny.

Du 23 juin au 10 juillet 2018, le monde entier a retenu son souffle en suivant les opérations de sauvetage pour libérer les Sangliers sauvages pris au piège de Tham Luang, une grotte située dans la province de Chiang Rai dans le nord de la Thaïlande. Une histoire extraordinaire, qui alors même que les enfants et leur coach étaient toujours prisonniers de la grotte suscitait déjà l’intérêt pour une adaptation cinématographique.

"J’étais en Irlande avec ma famille, comme tout le monde, je suivais les informations à la télévision et espérait un miracle. À ce moment-là, je ne pensais pas encore réaliser un film, je me disais que d’autres sauteraient sur l’occasion" explique Tom Waller, le producteur du film The Cave et directeur de la société de production thaïlandaise De Warrenne Picture.

Intitulé "Nang Non" en thaïlandais et "The Cave" en anglais, le film, dont le tournage s’est déroulé en novembre et décembre 2018, devrait sortir sur les écrans en juillet 2019, un an exactement après les faits. Le film se base essentiellement sur l’histoire ou les histoires des sauveteurs et volontaires présents à Tham Luang, dont le plongeur-spéléologue belge Jim Warny.

"Dans un journal irlandais, je suis tombé sur un article présentant Jim Warny, un sauveteur belge basé en Irlande. Je trouvais son histoire tellement incroyable que je me suis dit que je devais en faire un film" précise Tom Waller.

Plongeur-spéléologue depuis une vingtaine d’années, Jim Warny est considéré par ses pairs comme l’un des meilleurs spécialistes au monde. Pas étonnant pour ce Belge originaire de Lennik installé en Irlande d’avoir été appelé à participer aux opérations de sauvetage de Tham Luang en juillet 2018. Arrivé au moment de l’extraction des enfants et de leur coach, il a assuré le rôle de plongeur de soutien le premier jour, a remplacé un plongeur malade le deuxième et a sorti le coach de l’équipe de football, Ekkapol Chantawong des entrailles de la grotte.

De plongeur à acteur, il n’y a qu’un pas, ou presque?! À son retour en Irlande, Tom Waller décide de rencontrer le héros. “Le sauvetage de juillet était une opération surréelle, l’équipe de sauveteurs était tellement, ce fût un privilège d’avoir pu aider ses enfants. A mon retour en Irlande, Tom Waller m’a contacté et on s’est vu plusieurs fois, à ce moment-là j’ai reçu plusieurs propositions de films, j’aurais pu leur revendre les droits de mon histoire, mais avec Tom nous avons établi une relation de confiance. Et bien sûr le fait que ce soit une production thaïlandaise avec une influence internationale a joué, tout comme le fait que le film ne raconte pas seulement mon histoire, mais également celle de toute l’équipe présente à Tham Luang en juillet. A travers le film, le public va pouvoir découvrir ce qui s’est passé derrière les syphons et dans la profondeur de la grotte” explique Jim Warny qui a également participé aux côté de Tom Waller à l’écriture du scénario du film.

grotte-thailande-jim-warny

Présent sur le tournage pendant deux semaines, Jim a assuré d’une part certains aspects techniques pour une plus grande authenticité, mais il joue surtout son propre rôle, une expérience intense : "Tourner, c’est un autre stress. Physiquement c’était plus dur que le sauvetage parce que les journées sont très longues, il faut rejouer certaines scènes plusieurs fois. Psychologiquement aussi c’était éprouvant, j’avais des flash-back surtout quand on tournait les scènes avec les enfants. En tant que spéléologue plongeur, on est entraîné à garder les émotions de côté, avec l’agitation des médias après le sauvetage, je n’ai pas vraiment eu l’occasion de décompresser, il y a seulement quelques semaines que j’ai pu laisser sortir mes émotions. C’est bizarre parce que cela faisait tellement longtemps que je pensais que ce n’était plus là. J’ai hâte de voir le film?!?"

grotte-thailande

Catherine Vanesse

Vos commentaires