En ce moment
 

IBM poursuit le redressement de ses ventes mais sa prévision annuelle déçoit

IBM poursuit le redressement de ses ventes mais sa prévision annuelle déçoit
De janvier à mars, les ventes d'IBM ont progressé de 5% pour atteindre 19,07 milliards de dollars STAN HONDA
INFORMATIQUE

Après plusieurs années de ventes en berne, le groupe informatique américain IBM est parvenu à faire grimper son chiffre d'affaires pour le deuxième trimestre consécutif mais ses prévisions pour l'ensemble de l'année ont déçu et son titre chutait mardi à Wall Street.

L'entreprise estime que son bénéfice par action hors éléments exceptionnels, la référence aux Etats-Unis, devrait atteindre 13,80 dollars en 2018. C'est un peu moins que les 13,84 dollars anticipés par les analystes.

A la Bourse de New York, dans les échanges électroniques suivant la clôture, son action tombait vers 22H15 GMT de 5,69%.

Le groupe a pourtant réussi à poursuivre le redressement entamé fin 2017, quand il avait enregistré pour la première fois en près de six ans une augmentation de son chiffre d'affaires.

De janvier à mars, ses ventes ont progressé de 5% pour atteindre 19,07 milliards de dollars.

"Ces résultats renforcent l'idée que nos clients apprécient nos technologies novatrices, notre expertise ainsi que notre engagement et nos actions en ce qui concerne la gestion de leur confidentialité et de leurs données", a estimé Ginni Rometty, la patronne du groupe, citée dans un communiqué.

La bonne performance des divisions du groupe dédiées aux services dématérialisés en ligne pour les entreprises, à l'intelligence artificielle et à la sécurité en sont à ses yeux une illustration.

Le chiffre d'affaires du groupe au premier trimestre s'affiche un peu au-dessus des 18,82 milliards attendus par les analystes. Toutefois en prenant en compte les effets de change, les ventes de l'entreprise se sont tout juste stabilisées au premier trimestre.

Le chiffre d'affaires des secteurs fondamentaux sur lesquels le groupe mise pour compenser le déclin de ses activités traditionnelles, comme les services dématérialisés en ligne, l'analytique, le mobile et la sécurité, a progressé de 12% sur les douze derniers mois et représente désormais 47% du chiffre d'affaires total d'IBM.

Il s'élevait fin mars à 37,7 milliards de dollars sur un an quand Mme Rometty s'est fixé comme objectif de le voir dépasser 40 milliards de dollars en 2018.

La performance de la division dédiée aux serveurs a en revanche déçu, a reconnu le directeur financier du groupe, James Kavanaugh, lors d'une conférence téléphonique. Le repli de ses ventes "a contribué au fait de ne pas avoir réussi à faire croître le chiffre d'affaires au premier trimestre autant qu'on l'aurait voulu", a-t-il déclaré lors de la conférence téléphonique.

IBM a dégagé sur la période un bénéfice net de 1,68 milliard de dollars, en baisse de 4% par rapport à la même période en 2017.

Le bénéfice ajusté par action s'est lui élevé à 2,45 dollars, soit quatre cents de plus que ce que prévoyaient les analystes.

Vos commentaires