En ce moment
 
 

Les tests de Mathieu: Google se met à la surveillance SANS FIL de votre maison, que valent sa caméra et sa sonnette ?

Les tests de Mathieu: Google se met à la surveillance SANS FIL de votre maison, que valent sa caméra et sa sonnette ?
 
Les tests de Mathieu
 

Un matériel de très bonne qualité, un logiciel qui doit être amélioré, un juste prix pour l'abonnement: voilà comment résumer la version 2021 de la sécurité à la maison selon Google.

La maison intelligente décolle plus lentement que prévu, et elle est tirée par l'envie (ou le besoin) des utilisateurs de sécuriser ou surveiller leur maison à l'aide de caméras connectées et intelligentes. Les constructeurs sont nombreux à se battre sur ce marché et on peut le scinder en deux parties: les "petits" constructeurs asiatiques comme Xiaomi qui cassent les prix avec des modèles et des services 'moyen de gamme', et ceux qui proposent, à l'inverse, un matériel premium et d'excellents services (comme la reconnaissance de visage et le stockage des séquences à distance). Dans cette dernière catégorie, il y a Arlo dont je vous ai déjà parlé. Et puis il y a Google et sa filiale 'domotique' Nest. Avec la sortie de deux nouveaux produits en Belgique récemment, il y a désormais un 'kit' sécurité 2021 de Google qui s'avère très complet au niveau du matériel, et surtout très simple à installer car complètement sans fil. Comme toujours avec Nest, la finition est au rendez-vous et ça respire la solidité.

Une caméra sur batterie: Nest Cam (batterie), 199€

Première surprise, donc: Nest coupe enfin le fil. Petit retour en arrière: la filiale de Google propose des caméras de surveillance réseau Wi-Fi depuis 2014. Dès le départ, l'enregistrement des séquences se faisait exclusivement sur le cloud de Nest (avec abonnement payant), ce qui est devenu pratiquement la norme pour un service performant et facile à configurer (l'abonnement a baissé, qui plus est: 5€ par mois pour un nombre illimité d'appareils). Cette surveillance et ces enregistrements à distance consomment forcément plus d'énergie, raison pour laquelle il y a toujours eu des câbles pour l'alimentation électrique des caméras Nest. Mais entretemps, Arlo a prouvé qu'on pouvait s'y prendre autrement, offrir une vraie surveillance tout en garantissant environ 6 mois d'autonomie avec une pleine charge. Nest a mis quelques années à trouver la formule, mais en 2021, ça y est: sa caméra est entièrement sans fil, ce qui facilite grandement son installation (surtout à l'extérieur: pour l'intérieur, mieux vaut se procurer un pied et un chargeur, en option). En quelques minutes, à l'aide de l'application, tout est réglé.


 
 

La Nest Cam (batterie) coûte 199€et peut être installée partout dans votre maison: à l'intérieur comme à l'extérieur (elle est étanche IP54), posée ou fixée au mur (il y a des accessoires fournis et d'autres en options, y compris une rallonge extérieure pour alimenter la batterie en continu). Il y a par défaut un socle aimanté qu'on fixe où on veut avec deux ou trois petites vis, et grâce auquel on peut vraiment orienter la caméra dans toutes les directions (la zone aimantée est très grande, c'est pratique).

L'image filmée en Full HD (1080p) est de bonne qualité, avec un 'grand angle' de 130 degrés pour capter plus de scène (Arlo pousse jusque 160 degrés mais ça déforme davantage). Petit bémol: il n'y a pas de 'torche', donc les images de nuit seront en noir et blanc, là où Arlo propose depuis le départ une puissante LED permettant de tout enregistrer en couleurs.

Typiquement, dans une maison standard, on surveillera l'arrière de sa maison avec une telle caméra.

Une sonnette sur batterie: Nest Doorbell (batterie), 199€

Pour compléter son 'kit sécurité' (il n'existe pas en tant que tel, il faut tout acheter séparément) facile à installer, Google sort un autre appareil, cette fois pour l'avant de la maison: la Nest Doorbell (batterie), vendue 199€ également. Comme son nom l'indique, c'est une sonnette entièrement sans fil: elle se connecte à votre réseau Wi-Fi et fonctionne sur batterie. A nouveau, l'installation de cet appareil étanche IP54 est très simple, quelques minutes suffisent si vous aviez déjà un ou deux trous dans votre façade pour fixer le socle. Pour compliquer le vol de cette sonnette, il faut utiliser un petit outil rond et plat pour retirer la sonnette de son socle, lorsqu'il faut la recharger. A noter: elle accepte les fils et est d'ailleurs livrées avec des connecteurs de raccordement. Avec un peu de chance, il suffira de brancher ceux de votre ancienne sonnette et vous ne devrez plus jamais la retirer pour la charger. De plus (toujours en théorie car ça dépend des installations électriques), il est possible que votre ancien carillon retentisse lorsque quelqu'un sonne.

Cette sonnette embarque forcément une caméra avec un capteur de 1,3 MP, filmant à la verticale en 1.280 x 960 pixels. A nouveau, pas de 'flash', donc les images dans la pénombre seront en noir et blanc. L'angle de vue est cette fois de 145 degrés, et c'est préférable car généralement, la personne qui sonne à votre porte se trouve juste devant… L'image n'est pas extraordinaire, car la résolution est faiblarde. La concurrence fait mieux, notamment Arlo et son format carré 1536 x 1536 pixels. Le son, en revanche, est cristallin, on se comprend aisément lors d'un dialogue.

Et quand on sonne à la porte, que se passe-t-il au juste ?

Plusieurs options s'offrent à vous, et c'est là que le concept 'maison Google' prend tout son sens. Effectivement, la sonnette fait retentir une notification sur votre smartphone équipé de l'application Home (nécessaire pour installer et configurer les caméras et votre 'maison' équipée d'objets connectés, Google ou autre). Ce n'est pas l'option la plus pratique car on n'a pas toujours son smartphone sur soi quand on est à la maison, et il faut parvenir à attribuer une notification spéciale pour la reconnaître.

L'idéal est donc d'avoir un autre appareil de la gamme Nest: le Mini (petite enceinte équipée de l'assistant vocal Google à moins de 50€), l'Audio (un plus grande, 99€), le Hub (enceinte et écran tactile, 99€) ou encore Nest Wi-Fi (kit à 259€), dont l'un des éléments est équipé d'une petite enceinte, d'un micro et de l'assistant Google.

Ces appareils peuvent réagir lorsque quelqu'un sonne, et faire office de parlophone. Forcément, le Nest Hub est l'idéal car il va afficher l'image en plus du son. Une expérience finalement très pratique et agréable, pour autant que vous soyez bien équipé, et que le volume soit réglé suffisamment fort (il m'est arrivé de ne pas l'entendre). 

Application et utilisation: un manque de configuration

La Nest Cam et la Nest Doorbell, en combinaison avec d'autres appareils Nest de la maison, pourraient être les meilleures options de ce marché naissant. Mais il y a un fameux bémol: le manque de possibilité de configuration logicielle de la surveillance. Tout passe par un petit menu de configuration au sein de l'application globale Google Home, qui est parfois un peu 'fourre tout'. 

On peut certes configurer une surveillance qui s'enclenche lorsque le ou les smartphones de la maison ont quitté les lieux, même si c'est parfois capricieux et que ça utilise un peu les batteries. Mais – et c'est assez incompréhensible – il est impossible de planifier parallèlement un horaire de surveillance. Effectivement, l'été, il est inutile d'être prévenu dès qu'un enfant va dans le jardin la journée. Mais la nuit, on veut que la caméra capte d'éventuels intrus. Eh bien, un tel cas de figure n'est pas envisageable pour le moment. Or, et c'est comme ça que je procède chez moi avec des caméras Arlo: la surveillance et l'enregistrement des mouvements sont activés quand personne n'est à la maison ; quand nous y sommes, la surveillance n'est active que durant la nuit. Logique, finalement. 

Et ce manque de souplesse (très simple à combler via, on l'espère, une future mise à jour) a des conséquences: surtout sur l'autonomie de la caméra et la sonnette, qui ne sera que de quelques semaines. Google fournit des explications et donne quelques conseils pour limiter les enregistrements sur cette page. On y apprend que l'autonomie de la sonnette varie entre 1 mois et 6 mois ; celle de la caméra entre 45 jours et 7 mois. Lors de mon test, ne trouvant pas facilement l'équilibre entre surveillance et confort, j'ai dû recharger caméra et sonnette après environ 4 semaines. Le plus important pour remédier au problème est de configurer des zones de surveillance sur l'image (pour éviter le trottoir à l'avant et le jardin du voisin à l'arrière). Heureusement, pour les deux produits dont on parle aujourd'hui, la définition de zone d'activité ne nécessite pas l'abonnement Nest Aware.


 
 

Faut-il prendre un abonnement payant ?

Si je considérais Nest comme trop cher à l'époque, lui qui imposait l'enregistrement des séquences surveillées sur son cloud, les choses ont changé. En effet, ça ne dérange plus grand monde de payer des abonnements à tout, et surtout, Nest a baissé ses tarifs. Il ne faut plus débourser "que" 5€/mois pour avoir accès à Nest Aware, qui permet avec les deux produits du jour, d'avoir 30 jours d'historique de mouvements surveillés et filmés.

Si vous ne payez pas, cet historique se limite à 3 heures, et ça n'est pas très utile. Vos appareils servent alors principalement en mode 'direct' pour être alerté de ce qui se passe sur votre terrasse et y jetez un œil, et pour être prévenu quand quelqu'un sonne (dialogue, etc). Mais pas vraiment d'historique, donc. S'il s'est passé quelque chose durant la nuit et que vous ne vous en apercevez que le matin, vous ne pourrez rien vérifier.

Cet abonnement débloque d'autres fonctions bonus: alerte en cas de détection de fumée ou de monoxyde de carbone (utile surtout si vous placez la caméra à l'intérieur) ; reconnaissance des visages familiers (vous recevrez l'alerte: 'Mathieu sonne à votre porte' au lieu de 'Une personne sonne à votre porte').

Si vous souscrivez à Nest Aware Plus (10€/mois), vous avez 60 jours d'historique et si vous le souhaitez (mais alors il faut les alimenter en continu), 10 jours d'historique vidéo en continu (les images sont enregistrées en permanence sur le cloud de Google).

En conclusion, pour 5€/mois (nombre illimité d'appareils), je pense que ça vaut la peine de faire de ces appareils Google de vrais outils de surveillance, plutôt que de simple détecteur de mouvements… A titre de comparaison, Arlo demande 3€ par caméra ou 10€ pour un nombre illimité de caméras (mais elles atteignent plus facilement une autonomie de plusieurs mois).


 

 




 

Vos commentaires