En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique - Bilan du jour: voici les chiffres

  • Augmentation des cas de 89% par rapport à la semaine dernière

  • Un enfant de 3 ans est décédé du Covid-19

  • Les couvre-bouches pas acceptables

 
 
CORONAVIRUS

L'institut de santé publique, Sciensano, a livré les chiffres quotidiens faisant état de la situation sanitaire de l'épidémie de coronavirus en Belgique pour la journée du jeudi 23 juin.

LES CHIFFRES DU JOUR

"La tendance à la hausse ne s'est pas encore interrompue"

Entre le 14 et le 20 juillet, 221 nouvelles contaminations au nouveau coronavirus en moyenne ont été dépistées par jour, selon les chiffres actualisés vendredi matin par l'Institut de santé publique Sciensano. Comme les jours précédents, on reste sur une hausse élevée du nombre de nouveaux cas (89% par rapport à la moyenne de la semaine précédente). Depuis le début de l'épidémie, 64.847 cas de Covid-19 ont été diagnostiqués en Belgique.

Les nouvelles contaminations touchent certaines zones du pays en particulier alors que d'autres zones n'ont enregistré aucun cas ces deux dernières semaines.

Le nombre d'hospitalisations reste faible mais est reparti à la hausse.

Hospitalisations actuelles: 203
Soins intensifs: 40

Actuellement, 3 personnes décèdent en moyenne chaque jour.

cas-confirmes-corona

carte

Décès d'un enfant de trois ans

Lors de sa conférence de presse, le centre de crise du coronavirus a informé la population qu'une fillette de trois ans était décédée des suites du Covid-19 il y a quelques jours. "Nous espérons que cette triste nouvelle serve de prise de conscience. S'il est clair qu'il est rare que la maladie Covid-19 tue des jeunes personnes, personne n'est cependant immunisé. On ne peut pas nier la présence du coronavirus parmi nous. Que la perte des plus de 9800 personnes nous ramène les pieds sur terre, le virus est toujours là et notre attention ne peut pas baisser", a déclaré le porte-parole précisant que le décès d'une jeune personne à cause du coronavirus restait rare. Il s'agit de la plus jeune victime en Belgique de l'épidémie. Une enfant de 12 ans avait succombé au virus au mois de mars dernier.

Le porte-parole a rappelé les règles à respecter plus jamais (voir les 6 règles d'or plus bas).

Ne pas utiliser de couvre-bouche à la place du masque qui couvre nez et bouche

Il a également rappelé que les couvre-bouche ne constituaient pas une alternative aux masques qui couvrent la bouche et le nez. "Différentes personnes utilisent des couvre-bouche comme alternative au masque buccal qui couvre nez et bouche. Permettez-moi d'être très clair: les couvre-bouche ne protègent pas de la contamination. La partie haute, étant complètement ouverte, ne protège ni le porteur, ni les personnes dans son environnement. Utilisez toujours des masques buccaux qui couvrent le nez et la bouche", a dit le porte-parole.

Ne pas se partager de la nourriture ou une cigarette

Par ailleurs, partager des cacahuètes, une chica, une cigarette est aussi une manière de propager le virus et est donc à proscrire, a ajouté le centre de crise.

RAPPEL DES 6 RÈGLES D'OR

• Respectez les mesures d’hygiène ;
• Favorisez les activités en extérieur ;
• Restez vigilants vis-à-vis des personnes vulnérables ;
• Gardez une distance de sécurité (1m50) ;
• Limitez les contacts à 15 personnes par semaine ;
• Limitez les rassemblements à 15 personnes.

Les derniers chiffres ne doivent pas nous affoler mais être pris au sérieux 

"Les derniers chiffres ne doivent pas nous affoler mais être pris au sérieux. Il y a un rebond du nombre de nouvelles contaminations. Ce n'est pas anormal mais ça doit rester sous contrôle. La contre-partie de nos libertés retrouvées est une prudence absolue. Le nombre de reproduction a dépassé le chiffre de 1. Cela indique que l'épidémie connait une résurgence. Les jeunes adultes 20-30 ans sont les victimes les plus fréquentes. Il y a des chiffres bien plus élevés dans certaines provinces que d'autres. À l'origine, il y a souvent un événement où des gens se sont rassemblés et se sont montrés moins prudents", a déclaré hier la Première ministre Sophie Wilmès lors de la conférence de presse du Conseil National de Sécurité (CNS).

 

 

Vos commentaires