La migraine touche un Belge sur 5: chez Frédéric, les maux de tête étaient si violents qu'ils lui ont fait perdre connaissance

C'est une maladie qui touche un Belge sur 5: la migraine. Elle est parfois très incommodante, à tel point qu'elle affecte la vie familiale et la vie professionnelle. Cette maladie silencieuse provoque aussi une culpabilité pour les personnes qui en souffrent. Une campagne de sensibilisation débute la semaine prochaine. Benjamin Samyn et Emmanuel Tallarico ont rencontré, pour le RTL INFO 19H, un homme qui a été victime de violentes migraines pendant plusieurs années.

Frédéric est créateur de contenus web dans la région de Charleroi. Durant plusieurs années, il a été victime de maux de tête particulièrement violents, des céphalées qui lui ont même fait perdre connaissance. Cet épisode a été très douloureux pour ce père de famille. "C'est d’abord un gros mal de crâne, vous avez la tête dans une cloche, avec comme plusieurs personnes qui tapent dessus, c’était intenable, jusqu'à un moment, c’est la vue qui se brouille, le toucher qui ne se fait plus, on perd les sens. Dans mon cas, j’ouvrais les yeux, j’étais par terre avec quelqu'un qui s’inquiétait à mon propos", décrit-il.


"On prend ça pour de la mauvaise humeur"

La situation se fait ressentir au niveau de la famille. Frédéric devient irascible, difficile à vivre, tant les douleurs sont présentes. "Au début oui, parce qu’il ne le disait pas toujours, qu’il avait mal à la tête. Donc on prend ça pour de la mauvaise humeur, qu’est-ce qu’il a, est-ce qu’il y a quelque chose qui le dérange ? Et puis, c’est vraiment quand il a commencé à perdre connaissance qu’on s’est dit, c’est pas possible. La première fois, il est tombé sur lui-même, devant moi, et j’ai pris peur. Je me suis dit, il fait un AVC, une crise cardiaque, il va mourir", raconte sa compagne.


Parfois le symptôme d'autres maux

Les personnes victimes de céphalées subissent des conséquences à plusieurs niveaux. Il faut oser parler de la douleur liée à la migraine. "Ne pas avoir peur d’en parler à différents niveaux, autour de soi, mais aussi aux professionnels. Le pharmacien a un rôle important, qui va réorienter vers le médecin généraliste, qui lui, va faire la différence entre les migraines et les autres maux de tête qui peuvent être à l’origine de traitements plus aigus, plus urgents", expliquait Gianni Franco, neurologue, sur le plateau du RTL INFO 13H. 

Quant à Frédéric, il va mieux grâce à un traitement qui lui convient et un rythme de vie plus adapté. Mais il reste attentif aux signaux qui présagent l’arrivée de la migraine.

Vos commentaires