Laver ses fruits et légumes à l'eau ne suffit pas à les débarrasser des pesticides: voici une technique utile

C’est un constat interpellant que dresse une association française : 72% des fruits et 41% des légumes qui ne sont pas étiquetés "bio", portent des traces importantes de pesticides, ce qui est bien sûr nocif pour la santé. Quelles sont les denrées les plus contaminées ? Peut-on évacuer ces pesticides avant de consommer ces fruits et légumes ? Nicolas Lowyck et Pascal Noriega font le point pour le RTL INFO 19H.

On le sait : les fruits et légumes qui ne sont pas bio sont arrosés de pesticides. Une étude française menée sur 5 ans établit un classement étonnant. Quels sont les fruits les plus concernés et comment bien les nettoyer ? Du côté des fruits, ce sont les raisins qui sont les plus problématiques. 89% des grappes analysées contiennent des traces tangibles de ces pesticides. En deuxième place viennent les mandarines et les clémentines. Les cerises ferment le podium avec près de 87% des fruits.

Et pour les légumes?

Pour les légumes, le céleri branche, les herbes fraîches et les chicons présentent les traces de pesticides les plus importantes. Ces pourcentages incroyables sont le résultat de 5 ans d’analyses menées dans le laboratoire de la DGCCRF, La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, une administration française relevant du ministère de l'Économie. "Sur le poireau, par exemple, ce qu’on va faire, c’est qu’on va le broyer, on va utiliser de nombreux solvants, on va se débarrasser de ce qui ne nous intéresse pas, et on va concentrer dans cette petite quantité, les éventuels pesticides", décrit Frédéric Saltron, directeur du laboratoire.


Les pesticides sont conçus pour résister à tous les climats

Si ces produits sont si fortement traités, c’est parce qu’ils sont les plus sensibles face aux menaces. Les pieds de vigne, par exemple, tombent facilement malades. Et les pesticides sont conçus pour résister à tous les climats. "Lorsque vous appliquez un insecticide sur un fruit, dès qu’il pleut, il peut partir donc il faut qu’il soit insoluble pour rester sur le fruit un certain temps, sans quoi vous devez réappliquer régulièrement", détaille Alfred Bernard, directeur de recherches au FNRS et professeur à l’UCL.


L'eau, pas suffisante

Passer ses fruits sous l’eau, ce n’est donc pas assez. "Le vinaigre, je pense que ça peut servir aussi, ça peut être utile, mais, pour être certaine de ne pas avoir d’autres traces de pesticides, j’utilise le bicarbonate de soude. D’abord je lave ma pomme, ensuite je prends une petite brosse, je trempe dans du bicarbonate de soude, et je frotte la pomme avec", explique Elena Putiatina, blogueuse "consommation responsable" (Happy Green Me).


Un label "zéro pesticides" en France

En France, des maraîchers lancent un label “zéro pesticides”. "Le bio n’emploie que des produits naturels, le zéro pesticides emploie aussi des produits natures, et peut, avec parcimonie, et un cahier des charges très strict, utiliser aussi des produits de synthèse", explique Patrick Larrère, maraîcher.

Ces initiatives sont les bienvenues car l’heure est grave : les pesticides seraient à l’origine de plusieurs cancers, notamment celui des globules blancs et de la prostate.

Vos commentaires