Un trajet en voiture sur vingt effectué par un conducteur somnolent

(Belga) En Belgique, un trajet en voiture sur vingt est effectué par un conducteur somnolent, révèle une étude de l'Institut Vias publiée mardi. La fatigue est pourtant responsable de 20% de l'ensemble des accidents graves, soit autant que l'alcool, avertit Vias.

Pour les besoins de cette étude, l'Institut Vias a interrogé 3.500 Belges selon un échantillon représentatif. Il ressort des réponses que, lors d'un trajet sur vingt, le conducteur avoue se sentir plus ou moins fatigué. Plus la longueur du trajet est importante, plus la somnolence augmente. Ainsi, pour les trajets de 60 à 120 kilomètres, il y a deux fois plus de conducteurs fatigués (10%) que sur un trajet de moins de 60 kilomètres (5%). Pour un trajet de plus de 180 kilomètres, la proportion de conducteurs fatigués passe même à un sur sept (15%). Les jeunes conducteurs semblent davantage sujets à la somnolence et parcourent en moyenne 14% de leurs trajets dans cet état. Par ailleurs, la proportion de conducteurs somnolents est sans surprise plus importante entre minuit et 6 heures du matin (12,5%, soit 1 trajet sur 8 dans un état de somnolence). De nombreux conducteurs interrogés indiquent avoir recours à des faux remèdes pour lutter contre la fatigue au volant, comme écouter de la musique (81%), discuter avec un passager (34%) ou encore ouvrir la fenêtre (23%) Seuls 6% des personnes interrogées affirment faire une pause, 1% changer de conducteur et 0,3% s'arrêter pour dormir. Les détecteurs de somnolence étant, selon une précédente étude, loin d'être la solution idéale, l'ex-IBSR émet dès lors dix conseils, dont notamment dormir suffisamment (au moins 8 heures) la nuit qui précède un long trajet, éviter si possible de conduire la nuit ou encore faire une petite sieste de 15 à 20 minutes en cas de fatigue. (Belga)

Vos commentaires