Hausse des ventes de Getlink, l'ex Eurotunnel, grâce aux navettes

Hausse des ventes de Getlink, l'ex Eurotunnel, grâce aux navettes
Getlink a publié mercredi un chiffre d'affaires en hausse de 4,1% au premier trimestre 2018STEPHANE DE SAKUTIN
Transports

Le groupe Getlink (ex Eurotunnel), qui exploite notamment le tunnel sous la Manche, a publié mercredi un chiffre d'affaires en hausse de 4,1%, grâce au dynamisme des navettes transmanche et en dépit de l'affaiblissement de la livre britannique.

Le chiffre d'affaires du trimestre sous revue a atteint 241,4 millions d'euros. Sa progression serait de 5,2% à taux de change constant, a calculé le groupe.

"Au premier trimestre 2018, le groupe publie de nouveau d'excellents résultats, avec un premier trimestre record", s'est félicité le PDG Jacques Gounon, précisant que ce record s'entend à taux de change constant et sur le périmètre actuel.

Il s'agit du neuvième premier trimestre consécutif de croissance, à taux de change et périmètre constant, a relevé Getlink dans un communiqué.

L'activité navettes, principale activité du groupe, est en hausse de 5,7% à 138,3 millions d'euros.

Le nombre de voitures transportées sur des navettes ferroviaires dans le tunnel a progressé de 4%, la hausse du trafic étant de 3% pour les camions.

Le revenu tiré du passage des trains dans le tunnel a de son côté progressé de 1,7%, à 70,1 millions.

Le train à grande vitesse transmanche Eurostar enregistre en particulier un nouveau record pour un premier trimestre avec une hausse de trafic de 5% sur un an, à 2,38 millions de passages entre janvier et mars, selon Getlink. "Il s'agit du second record de trafic trimestriel après le quatrième trimestre 2017", a salué l'ex-Eurotunnel.

Quant à Europorte, la compagnie de fret ferroviaire du groupe, elle a vu son chiffre d'affaires croître de 2,8% à 29,7 millions d'euros.

"La croissance des deux côtés de la Manche et l'évolution des négociations du Brexit nous permettent de viser un Ebitda (excédent brut d'exploitation, ndlr) de plus de 735 millions d'euros en 2022", a noté M. Gounon.

Il disait en février tabler sur un Ebitda supérieur à 700 millions à cette date, après la mise en service d'ElecLink - une nouvelle interconnexion électrique entre la France et la Grande-Bretagne passant par le tunnel - prévue en 2020.

L'Ebitda avait atteint 526 millions d'euros l'an dernier.

Vos commentaires