En ce moment
 
 

La Bourse de Paris suspend son vol (+0,08%) avant la BCE

La Bourse de Paris suspend son vol (+0,08%) avant la BCE
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris a terminé sans direction mardi (+0,08%), restant sur la réserve à deux jours d'une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) dont les investisseurs attendent de nouvelles mesures de soutien monétaire.

L'indice CAC 40 a grappillé 4,24 points à 5.593,19 points, dans un volume d'échanges important de 4,4 milliards d'euros. La veille, il avait fini en petite baisse de 0,27%.

La cote parisienne a démarré stable avant de céder du terrain et de revenir s'ancrer à l'équilibre.

"Nous avons des marchés qui évoluent un petit peu en ordre dispersé avec l'Europe qui se maintient plutôt bien mais les Etats-Unis qui sont dans le rouge", a souligné auprès de l'AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

Cela montre, a-t-il poursuivi, que "le marché européen, pour l'instant, reste axé sur des questions de politique monétaire, voire de relance budgétaire" alors que les "investisseurs américains prennent leurs gains, notamment sur les valeurs technologiques (Microsoft, Alphabet)".

"Le marché est attentiste mais reste globalement positif, il n'y a pas vraiment d'aversion au risque par rapport" à la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) de jeudi, même si "clairement le marché en attend" un certain nombre de choses", a complété M. Baradez.

Les investisseurs tablent en effet sur l'annonce, par l'institution de Francfort, d'un ensemble de mesures visant à stimuler l'économie: "l'annonce d'un nouveau QE (pour "Quantitative Easing", soit un programme de rachats de dette publique et privée, NDLR), une baisse de taux et des mesures qui accompagneront tout cela pour limiter les effets négatifs, notamment sur les banques", a détaillé l'expert.

Reste qu'on "ne peut pas avoir de miracle jeudi avec une passation de pouvoir (à la tête de la BCE) dans la foulée", a encore estimé M. Baradez.

Il est donc peu probable, selon lui, que la Banque centrale européenne sorte l'artillerie lourde en matière de relance alors même qu'il n'y a pas de signes avancés de récession en zone euro.

Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a affirmé mardi vouloir se démener pour trouver un nouvel accord de divorce avec l'UE, après une série de cinglants désaveux à la Chambre des Communes qui contrarient sa stratégie d'un Brexit coûte que coûte.

Les députés lui ont ainsi refusé tôt mardi l'organisation d'élections législatives anticipées.

Du côté des indicateurs, les prix à la production en Chine se sont inscrits le mois dernier à leur niveau le plus bas depuis août 2016, tandis qu'en France, la production industrielle pour juillet s'est redressée. Elle a en revanche poursuivi sa baisse en Italie au mois de juillet, à -0,7%.

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires