En ce moment
 

Quand un simple vol Ryanair vers la Sicile se transforme en une épreuve de... 24 heures: "On les a mis dans un bus comme du bétail"

Quand un simple vol Ryanair vers la Sicile se transforme en une épreuve de... 24 heures:

Alors qu’une nouvelle grève des pilotes de Ryanair basés en Belgique a été annoncée ce mercredi pour le 10 août prochain, des proches de passagers d’un vol de la compagnie aérienne irlandaise nous ont contactés via notre bouton orange Alertez-nous. Un voyage de quelques heures dans les airs s’est transformé en véritable galère sur les routes. "Notre fille qui voyageait pour la 1ère fois sans ses parents se rappellera de sa mésaventure pendant longtemps", regrette Christelle.

L’adolescente devait prendre un avion au départ de Bruxelles mardi à 17h20 à destination de Catania, en Sicile, via Rome. "Une fois installés dans l’avion, problème technique... Ils montent et descendent à deux reprises sans beaucoup d’explications. Des heures d’attente sans boire, ni manger! Ce n’est qu’à 21h qu’ils ont reçu un bon de 5 euros", raconte sa maman.

Et elle n’est pas la seule à déplorer ce départ mouvementé. Les sœurs d’Angela et leurs enfants faisaient également partie des voyageurs. "L’avion n’a pas pu décoller à cause d'un soi-disant problème technique", confirme cette Bruxelloise. "Ma nièce de 17 ans a vu qu’ils ont essayé de mettre du scotch sur l’aile de l’avion. Elle était en panique parce que d’habitude elle part toujours en voiture", ajoute-t-elle.


Correspondance ratée à Rome, ils doivent prendre un bus

Vers 22h45, les passagers ont finalement pu embarquer dans un autre appareil à destination de Rome, où une escale était prévue. Vu l’heure tardive, ils ont toutefois raté leur correspondance programmée à 21h30. Selon Christelle et Angela, les employés de Ryanair à Bruxelles leur avaient assuré une nuit à l’hôtel et une place dans le prochain vol pour Catania depuis la capitale italienne.

"Arrivés à Rome, personne.... pas d’hôtel et encore moins de prochain vol", déplore Christelle. "Au lieu de les loger, on les a laissés dans le hall d’entrée de l’aéroport, affalés par terre", confirme la Bruxelloise. Ensuite, vers 3h du matin, la compagnie a proposé à ces passagers fatigués de continuer le voyage vers la Sicile… en bus. "On les a mis dans un bus comme du bétail, selon ma sœur", relate-t-elle. "Au moins 12 heures de trajet avec des personnes âgées, des enfants,… ", souligne Christelle.



24 heures chrono

En voiture, un itinéraire classique entre Rome et Catania prend un peu moins de 9h pour parcourir un peu moins de 800 km. On peut donc effectivement imaginer un trajet encore plus long en bus. Au lieu de deux vols d’environ 3h au total. Une différence de taille. "Ma famille devait arriver vers 23h hier soir et aux dernières nouvelles, vers 13h30, ils arrivaient seulement à Messine où ils ont débarqué du bateau. Je suis certaine qu’avant 17h ils ne seront pas arrivés à l’aéroport de Catania, où ils devront encore prendre un taxi pendant 1h15 pour arriver au village", souffle Angela. 

"Avoir du retard et être relogé, on se dit que ça passe parce que cela peut arriver mais les faire attendre jusque 3h du matin pour tous les mettre dans un bus alors qu’ils étaient arrivés à Zaventem à 14h30, c’est incroyable", estime la Bruxelloise. 

"Nous avons payé la somme de 400€ et tout ça pour se taper des heures de stress, d’énervement, d’inquiétude... si nous avions voulu faire voyager notre fille en bus, nous n’aurions pas dépensé cette somme d’argent", souligne également Christelle. 

Vos commentaires