En ce moment
 
 

Nouveau record pour le Louvre: plus de 10 millions de visiteurs en 2018

Le Louvre, musée le plus visité au monde, a dépassé la barre des dix millions de visiteurs en 2018, un chiffre inégalé pour un musée international de beaux-arts et d'antiquités, d'après sa direction.

"Pour la première fois de son histoire, et je pense pour la première fois dans l'histoire des musées, plus de dix millions de visiteurs ont fréquenté le Louvre en 2018", a affirmé jeudi à l'AFP Jean-Luc Martinez, président-directeur du Louvre.

Avec 10,2 millions de visiteurs, le Louvre enregistre ainsi une hausse de 25% par rapport à 2017 (8,1 M) et bat son propre record de fréquentation (9,7 M en 2012).

En 2017, le Louvre était talonné par le Musée national de Chine avec 8 M, suivi du Metropolitan Museum of Art de New York (7,3).

D'après M. Martinez, le record "est porté par la reprise du tourisme international à Paris" après une chute de la fréquentation de 30% ces derniers années en raison des attentats.

Il s'explique en partie aussi par les travaux ces deux dernières années qui ont permis d'augmenter la capacité d'accueil du musée.

"On a créé une nouvelle bagagerie, une nouvelle billetterie, un nouvel accueil des groupes inauguré l'année dernière, nous permettant d’accueillir mieux et plus", explique M. Martinez.

La totalité des travaux ont coûté près de 60 millions d'euros, financés en grande partie par l'argent versé dans le cadre de l'accord avec le Louvre Abu Dhabi inauguré il y a plus d'un an, précise-t-il.

L'introduction de la vente en ligne a également réduit le temps d'attente, séduisant davantage les visiteurs et répartissant la fréquentation sur la journée.

- "Bond exceptionnel" des Chinois -

Les étrangers représentent près des trois quarts des visiteurs mais les Français restent la principale nationalité (2,5 millions, soit 25% du total).

Parmi eux, 565.000 élèves: "Ce public redevient familier du Louvre car après les attentats, l'une des premières conséquences était la limitation des visites scolaires", explique le directeur.

Chez les étrangers, les Américains continuent d'être en tête avec près de 1,5 million de visiteurs.

"Souvent le Louvre est un +grand musée américain+ par sa fréquentation, c'est un engouement particulier", explique M. Martinez.

En deuxième position, les Chinois (près d'un million), nouveaux chouchous du tourisme européen. "C'est un public qui il y a cinq ans n'existait pas et n'était même pas dans les cinq premières nationalités. C'est un bond exceptionnel", selon le directeur.

La Chine est le premier pays sur la planète en ce qui concerne le tourisme à l'étranger, avec 129 millions de voyageurs. Les touristes chinois venant en Europe sont de plus en plus friands de culture et de nature.

D'après M. Martinez, les manifestations liées au mouvement des "gilets jaunes" n'ont eu aucune incidence sur la fréquentation, le musée ayant fermé un seul samedi: le 8 décembre.

Si le public du Louvre reste exceptionnellement jeune (50% des visiteurs ont moins de 30 ans), le musée ambitionne de s'ouvrir à un nouveau public, au-delà des habitués et des touristes étrangers, en lançant à partir du 5 janvier une nocturne gratuite chaque premier samedi du mois.

La nouveauté est qu'un accompagnement est proposé dans certaines salles.

"Il y a des gens qui ont peur de ne pas comprendre le musée; cette nocturne veut répondre à ce besoin (...) avec des explications, des commentaires, des spectacles, des concerts", souligne M. Martinez.

"Elle vise à fidéliser ce public qui se sent perdu; la gratuité ne suffit pas, il faut de l'accompagnement", assure-t-il.

Ces samedis remplaceront les dimanches gratuits dont la formule est abandonnée, faute de succès, la gratuité dominicale ayant profité plus aux touristes étrangers qui y ont vu une aubaine.

Le Louvre comptera sur deux évènements phare en 2019 pour attirer davantage de visiteurs: le 30e anniversaire de la célèbre Pyramide en verre du Louvre et une rétrospective inédite de Léonard de Vinci à l'occasion du cinquième centenaire de la mort du peintre survenue en France.

Vos commentaires