En ce moment
 
 

LE PARADOXE de la digitalisation: elle détruit des emplois, mais elle en créera encore plus, à condition que...

LE PARADOXE de la digitalisation: elle détruit des emplois, mais elle en créera encore plus, à condition que...

Alors que d'aucuns s'attendent à ce que la "digitalisation" à l'oeuvre dans tous les pans de l'économie détruise de nombreux emplois, la croissance économique s'est accompagnée ces dernières années de créations d'emplois soutenues, observe dans son rapport annuel la Banque nationale de Belgique (BNB) en se demandant s'il s'agit là d'un "paradoxe".

"On lit souvent dans la presse la liste des jobs qui vont disparaître. Cela crée un peu de nervosité dans la population. Mais on observe l'inverse: la croissance n'a jamais été aussi intensive en emplois et le taux de chômage n'a jamais été si bas", souligne le gouverneur de la BNB, Pierre Wunsch.

Le solde d'emploi devrait être positif, à condition d'armer les personnes de compétences leur permettant de participer à la transition numérique

S'il est vrai que certains emplois disparaîtront avec les technologies numériques, d'autres, en revanche, se développeront. "Le solde d'emploi devrait être positif, à condition d'armer les personnes de compétences leur permettant de participer à la transition numérique", préconise la BNB.

Dans la même logique, "on a l'impression que les choses évoluent de plus en plus vite mais, en fait, on voit que la productivité croît à un tempo très faible. L'image est totalement différente dans les chiffres macroéconomiques que ce qu'on lit dans les médias. On ne mesure pas aujourd'hui de progrès technologiques dans notre économie", constate encore Pierre Wunsch.

Pas plus tard que ce mercredi, l'OCDE ne disait pas autre chose en appelant les Etats, dans un rapport, à moderniser "d'urgence" le système de formation des adultes pour se préparer au plus vite aux défis de l'automatisation et des nouvelles technologies. Selon de récentes analyses de l'organisation internationale basée à Paris, près d'un emploi sur sept risque à l'avenir "d'être totalement automatisé" et près d'un tiers des emplois "pourraient subir des transformations".

Vos commentaires