SNCF: la direction lance un chantier de "modernisation sociale"

SNCF: la direction lance un chantier de
La direction de la SNCF a annoncé jeudi le lancement d'un "grand chantier de concertation"Ludovic MARIN

La direction de la SNCF a annoncé jeudi le lancement d'un "grand chantier de concertation" pour une "modernisation sociale" de l'entreprise, dont les résultats seront intégrés au plan stratégique qu'elle doit remettre au gouvernement en juillet dans le cadre de la réforme du groupe public.

Cette annonce intervient alors que débutera lundi soir une grève nationale à la SNCF pour protester contre ce projet de réforme.

Le chantier de modernisation "va mobiliser toute l'entreprise dans les trois mois qui viennent" et "un point sera fait tous les mois" sur tous les sujets, a déclaré à l'AFP Benjamin Raigneau, directeur des ressources humaines du groupe public, ajoutant cependant que le rythme des réunions serait soumis à "la conflictualité sociale" au sein du groupe.

Pour bâtir cette "feuille de route de modernisation sociale" est prévu "un cycle intense de concertation avec les parties prenantes de l'entreprise", le management, les syndicats, et des "temps d'échange" avec les salariés, a indiqué M. Raigneau.

Aux organisations syndicales, "nous proposerons des cycles de travail au travers d'un groupe de contact qui se réunira sur une base mensuelle", a-t-il ajouté.

Les travaux seront lancés en avril avec notamment des réunions bilatérales et l'installation d'un "comité des sages" pour construire "un nouveau pacte social correspondant à celui d'une entreprise du XXIe siècle", a-t-il précisé.

Sept thèmes sont programmés: l'"approfondissement de l'intégration de l'entreprise", la "politique managériale", l'"organisation du travail", les "métiers et compétences" car "nous avons une définition des métiers qui date", la "modernisation du dialogue social" (une négociation déjà en cours), la modernisation du statut des cheminots et la mise au point d'un cadre "motivant et attractif" pour les cheminots hors statut qui "va devenir le pivot de la politique sociale" du groupe, a-t-il détaillé.

Le projet gouvernemental de réforme de la SNCF prévoit notamment la fin des recrutements sous statut.

L'objectif est de fixer pour les salariés un cadre "correspondant aux standards actuels des grandes entreprises, ce qui n'est pas le cas du statut", a relevé M. Raigneau. Avec le statut, la promotion professionnelle s'obtient via des concours, examens et listes d'aptitudes, un système "proche de la fonction publique", alors que "dans une entreprise classique, il y a beaucoup plus de valorisation des acquis de l'expérience, de reconnaissance des parcours et des mécanismes de promotion plus en lien avec les appréciations", a-t-il expliqué.

Vos commentaires