En ce moment
 

Tour Eiffel: un préavis de grève repoussé à jeudi, négociations suspendues

Tour Eiffel: un préavis de grève repoussé à jeudi, négociations suspendues
La Tour Eiffel le 14 juillet 2018Lucas BARIOULET

Des représentants du personnel de la Tour Eiffel, qui protestent contre l'organisation de l'accueil de visiteurs à des créneaux réservés en prévente, ont repoussé de 24 heures un préavis de grève initialement prévu mercredi, mais les négociations avec la direction ont été suspendues en début d'après-midi.

Une intersyndicale CGT-FO avait déposé un préavis de grève pour protester contre "des files d'attente parfois monstrueuses", générées selon elle par les conditions d'accueil des visiteurs munis de billets vendus en prévente, pour accéder à la Tour à des créneaux horaires spécifiques.

Des négociations pour éviter la grève, entamées depuis plusieurs jours, ont été suspendues mercredi, selon une source syndicale contactée par l'AFP, information confirmée par les services de communication de la Société d'Exploitation de la Tour Eiffel (SETE).

Selon la source syndicale, la direction aurait demandé la suspension après l'envoi d'un mail "à l'ensemble du personnel", rappelant que le dispositif actuel est satisfaisant et ne demande que quelques ajustements.

Une assemblée générale doit avoir lieu en fin d'après-midi pour décider de la suite du mouvement, selon la même source.

La SETE précise de son côté que, sauf développement, les dernières montées par ascenseur sont prévues pour 16H00, mercredi. Au-delà, les visiteurs ne pourront plus monter dans l'édifice, mais ceux qui seront déjà dedans pourront rester autant qu'ils le souhaitent.

- "Presque à vide" -

Si les syndicats ne contestent pas la décision de monter à 50% la proportion de tickets ouverts à la réservation par créneau horaire (contre 20% précédemment), ils déplorent que le choix de la direction de réserver l'un des deux piliers d'entrée à l'accueil de ces visiteurs engendre des files d'attente "souvent totalement déséquilibrées", - jusqu'à 3 heures pour les billets classiques, et 1 heure pour les billets horodatés à certains créneaux horaires -, selon la CGT.

De son côté la SETE, revendique "10.000" billets horodatés vendus chaque jour et assure que "le temps d'attente est très faible". "Pour les visiteurs sans billet, le temps d'attente aux caisses au pied de la tour Eiffel reste identique à l'année dernière alors que le nombre de visiteurs a augmenté", assure-t-elle.

"Ce dispositif a été accompagné d'un important renfort d'effectifs", affirme également la SETE, qui parle d'une "trentaine d'emplois", et qui assure avoir "impliqué ses collaborateurs" dans la mise en place du dispositif.

Les représentants du personnel ont pour leur part fait le constat que l'ascenseur "dédié" aux visiteurs munis de prévente, monte presque à vide lors de certains créneaux - soirée et début d'après-midi -, ou est au contraire incapable d'absorber le flux aux horaires les plus demandés.

"Au-delà du gâchis généré en termes d'efficacité, insatisfaction des visiteurs (...) les agents d'accueil sont à bout", fustige la CGT, qui propose de permettre à tous "d'accéder aux deux piliers", avec "une file prioritaire" pour les billets achetés en prévente.

La tour Eiffel est l'un des sites les plus visités de la capitale. En 2017, elle a accueilli 6,2 millions de visiteurs.

Vos commentaires