Un vaisseau-cargo russe rejoint l'ISS en un temps record

Un vaisseau-cargo russe rejoint l'ISS en un temps record
Vue depuis l'ISS de la Terre et des formations nuageuses, le 7 août 2018Alexander GERST
Russie

Un vaisseau-cargo Progress a battu jeudi un nouveau record en rejoignant la Station spatiale internationale (ISS) en à peine 3H21, ouvrant la voie à des vols habités plus courts, a indiqué l'agence spatiale russe, confrontée actuellement à une concurrence renforcée des Etats-Unis.

La fusée Soyouz emportant le vaisseau Progress MS-11 a décollé à 11H01 GMT du cosmodrome kazakh de Baïkonour et le cargo s'est arrimé à 14H22 GMT à la station orbitale. Le précédent record, établi par le vaisseau Progress MS-09 en juillet 2018, était de 3H40.

"Cela ouvre de nouvelles possibilités pour des vols orbitaux habités", a salué l'agence Roskosmos dans un communiqué.

Cette technique d'approche plus rapide, permise par un nouveau système de navigation par satellite, était encore à l'essai. Après le vol réussi de juillet 2018, Roskosmos avait précisé qu'il fallait attendre une deuxième tentative réussie pour que la technologie soit utilisée pour les vols habités.

Celle-ci a été mise au point par la société RKK Energia, un des fleurons de l'industrie aérospatiale russe qui conçoit et construit les vaisseaux spatiaux Soyouz.

Le vaisseau-cargo reste néanmoins dépendant, pour rejoindre l'ISS, de la position de la station orbitale par rapport à la Terre au moment du lancement, qui le force à effectuer un nombre plus ou moins élevé d'orbites avant de pouvoir s'amarrer.

La trajectoire classique prend ainsi deux jours, soit 34 orbites.

Le vaisseau-cargo MS-11 apporte sur l'ISS "plus de 2,5 tonnes de ravitaillement", a détaillé Roskosmos, dont 900 kg de carburant et 420 kg d'eau mais aussi de la nourriture, des vêtements de rechange ou des produits de soin pour les astronautes.

Ce record intervient à un moment délicat pour la Russie.

Si elle a depuis 2011 le monopole des vols habités vers l'ISS, la société américaine SpaceX, fondée par Elon Musk, a fait le voyage une quinzaine de fois depuis 2012 pour ravitailler la station. Et elle a franchi en mars une étape clé en vue d'y envoyer des astronautes pour la Nasa, avec une mission de démonstration de sa capsule Crew Dragon.

Boeing a aussi gagné un contrat et développe sa propre capsule, Starliner, qui doit être testée en août.

Vos commentaires