En ce moment
 
 

Le site du Parlement européen ciblé par une cyberattaque après un vote sur la Russie

Le site du Parlement européen ciblé par une cyberattaque après un vote sur la Russie
Le Parlement européen a annoncé que son site internet avait été la cible d'une cyberattaque revendiquée par un "groupe pro-Kremlin"DAMIEN MEYER
 
UKRAINE
 

Le Parlement européen a annoncé mercredi que son site internet avait été la cible d'une cyberattaque revendiquée par un "groupe pro-Kremlin", quelques heures après un vote des eurodéputés qualifiant la Russie d'"Etat promoteur du terrorisme".

Sur Twitter, le porte-parole de l'institution, Jaume Duch, a évoqué "une attaque DDOS" (par déni de service) paralysant "la disponibilité du site web" de l'institution. "Les équipes du Parlement travaillent à la résolution du problème dès que possible", a-t-il ajouté.

"Un groupe pro-Kremlin a revendiqué la responsabilité" de cette "cyberattaque sophistiquée", a ensuite affirmé la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola. "Ma réponse: #SlavaUkraini" (Gloire à l'Ukraine), a-t-elle rétorqué.

Les attaques par déni de service (DDoS) consistent à prendre pour cible un système informatique en l'inondant de messages ou de requêtes de connexion.

Alors que les eurodéputés sont réunis en session plénière à Strasbourg, le site web de l'institution, sur lequel sont notamment retransmis les débats dans l'hémicycle et mis en ligne les votes parlementaires, a été bloqué à partir du début d'après-midi.

"Cela semble avoir surtout affecté le site internet du Parlement Européen, mes équipes ont constaté des problèmes de connexion sans que cela empêche le bon déroulement des travaux" parlementaires, a indiqué à l'AFP l'eurodéputée française Fabienne Keller.

A la mi-journée, les eurodéputés ont, à une majorité écrasante, adopté un texte décrivant "la Russie comme un État promoteur du terrorisme et comme un État qui utilise des moyens terroristes".

Ce vote, purement symbolique en l'absence de cadre juridique adéquat dans l'UE, a été immédiatement salué par le président ukrainien Volodymyr Zelensky.


 

Vos commentaires