En ce moment
 
 

France: elle perd son coeur à cause d'une grève et veut porter plainte

Une patiente en attente depuis novembre 2011 d'une greffe du coeur, a indiqué mercredi son intention de porter plainte pour comprendre pourquoi son opération avec un greffon compatible a échoué le 3 avril à la suite de dysfonctionnements.

L'équipe chirurgicale venue du CHU de Nantes où la patiente était en attente d'une greffe de coeur a renoncé à atterrir à l'aéroport de Metz, alors bloqué par un mouvement de grève, mais aucune demande d'atterrissage n'a jamais été transmise aux contrôleurs pour qui ce type de vol est un cas de suspension de grève. "Si on avait été au courant, si on avait su, évidemment qu'on aurait ouvert le terrain. Grève ou pas, l'évacuation sanitaire, c'est une priorité", a indiqué à l'AFP un responsable CGT de l'aéroport de Metz-Nancy-Lorraine, Dany Etienne. Interrogée par l'AFP, un responsable de la direction générale de l'aviation civile (DGAC) à Metz a également confirmé qu'aucune demande d'ouverture de piste ne lui était parvenue.

Savoir à qui incombe la faute

Alors que la patiente, jointe en urgence dans la nuit du 2 au 3 avril pour se préparer à recevoir le greffon, était en phase pré-opératoire, elle a finalement appris que l'opération était abandonnée. Dans un entretien accordé à Presse-Océan mercredi, Brigitte, 53 ans, a indiqué son intention de porter plainte. Jointe par l'AFP, elle a précisé : "Je veux juste savoir à qui incombe la défaillance, savoir quels dysfonctionnements ont eu lieu, je ne vise pas quelqu'un en particulier".

L'agence de biomédecine défend les contrôleurs aériens

"Les contrôleurs ont toujours fait preuve d'une grande réactivité, d'autant que la plupart de nos transports ont lieu la nuit et on ne peut que souligner l'engagement permanent des aéroports tout au long de l'année", a déclaré à l'AFP la directrice générale de l'agence de biomédecine, Emmanuelle Prada-Bordenave mercredi. "Ce qui s'est passé est très décevant pour la malade et très lourd pour les équipes engagées mais ce sont des choses qui arrivent et il est normal qu'elles arrivent : plus la distance est longue et plus il y a de risque qu'il y ait un grain de sable", a-t-elle souligné en précisant qu'aucune plainte n'avait jamais été déposée pour cela à sa connaissance. "Les patients sont informés des risques que les opérations échouent : si on estime que le temps de transport va être trop long pour la survie de l'organe, on annule tout pour ne pas leur faire courir de risque", a-t-elle ajouté. "Cette patiente n'a pas 'perdu son tour', elle reste inscrite sur la liste des receveurs en attente et sera appelée quand son cas correspondra de nouveau aux critères d'un donneur".
 
Selon l'agence de biomédecine, qui coordonne les greffes à l'échelle nationale, sur 300 greffes de coeur annuelles, une dizaine échoue en raison d'impondérables logistiques. Le coeur est l'organe qui a la durée de "vie" la plus courte pour une greffe: 4 h seulement.

Vos commentaires