En ce moment
 

"Aujourd’hui, je m’assure qu’il y a une arme en moins dans ce monde": des Américains détruisent leurs armes à feu en direct sur Facebook suite à la fusillade dans un lycée de Floride (vidéo)

Aux Etats-Unis, les détenteurs d’armes à feu ont commencé à poster des vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles on les voit détruire leurs fusils et pistolets. Ils le font en réponse à la fusillade qui a coûté la vie à 17 personnes le 14 février dernier en Floride.


"Vous savez ce que j’aime encore plus, c’est quand les gens ne sont pas tués"

Des vidéos et des photos sont partagées sur Twitter et Facebook sous le hashtag #OneLess (#undemoins). Parmi ces Américains, il y a Amanda qui s’est filmée en train de mettre en pièces son arme. Ce faisant, elle a expliqué son geste. "Bonjour tout le monde, mon nom est Amanda, je fais une vidéo aujourd’hui, je ne suis pas une contestataire, une activiste ou quelque chose comme ça, juste une propriétaire d’arme comme beaucoup d’entre vous. J’ai grandi avec des armes autour de moi, j’ai pris un cours de chasseur en sécurité quand j’avais 14 ans et mes parents m’ont appris l’importance de la sécurité autour des armes dès mon plus jeune âge et j’ai agi comme ils me l’ont appris toute ma vie. Donc maintenant, en tant qu’adulte, je possède un très joli SIG Sauer P229, il se trouve au garage, démonté, je vais vous le montrer dans une minute et j’aime vraiment cette arme, mais vous savez ce que j’aime encore plus, c’est quand les gens ne sont pas tués", a-t-elle annoncé.


"Si je revendais cette arme, elle pourrait atterrir dans les mains d’un tueur de masse ou d’une personne suicidaire"

Elle a ensuite expliqué comment elle avait déjà été touchée par des fusillades, des tueries de masse ou tout simplement par des morts par arme à feu. "Nous avons tous été affectés par la violence des armes à feu ; par exemple, mon frère s’est suicidé en se tirant une balle, la tuerie de Sandy Hook s’est produite à 20 minutes de l’endroit où j’enseigne, et mon cousin et sa femme étaient au concert de Las Vegas, mais heureusement, ils sont partis avant que la fusillade ne commence et ont pu rentrer sains et saufs chez eux, a-t-elle énuméré. Si je revendais cette arme, elle pourrait atterrir dans les mains d’une personne normale, d’un tueur de masse ou d’une personne suicidaire, et il n’y a aucun moyen pour savoir où elle finirait, spécialement après avoir changé de main à plusieurs reprises. Donc le seul moyen de m’assurer que cette arme ne blessera jamais personne, c’est qu’elle n’existe plus. C’est donc pourquoi, aujourd’hui, je m’assure qu’il y a une arme en moins dans ce monde."

Des survivant de la fusillade du lycée Marjory Stoneman sont devenus des emblèmes de la lutte contre les armes à feu et le mouvement étudiant est plus fort que jamais. Quelques uns des portes-parole du mouvement se sont rendus dans la capitale de l'état Tallahasse pour demander un interdiction des fusils d'assaut.

Vos commentaires