Canneseries: scénariste et acteur, la formule gagnante

ISRAEL

Etre à la fois scénariste et acteur pour raconter des choses personnelles ou des histoires à sa manière, telle est la formule gagnante de trois séries - l'Israélienne "Nehama", l'Espagnole "Perfect Life" et la Norvégienne "Magnus" - remarquées au festival Canneseries.

- Deuil et paternité -

Figure du stand-up en Israël, réalisateur et auteur de scénarios de films, séries et pièces de théâtre, Reshef Levi, 47 ans, passe pour la première fois devant la caméra pour "Nehama", en compétition officielle au festival de séries qui se tient jusqu'à mercredi à Cannes.

L'histoire d'un quadra (Guy Nehama), père de cinq enfants, fou amoureux de sa femme, qui rêve de monter sur les planches pour refaire du stand-up. Un projet qu'il va devoir réévaluer après le décès de son épouse dans un accident de voiture.

"Quand j'ai commencé à travailler sur la série, j'ai voulu parler de mes plus grosses craintes, à savoir perdre ma femme", confie le réalisateur, marié et père de sept enfants dans la vie. "C'est mon travail le plus personnel bien sûr. Je joue et je suis le personnage principal. C'est une première."

Pour ce rôle de père égotiste, hypocondriaque et dépassé, il a pris 10 kilos et fait tourner une de ses filles. "Au fond, je ne suis pas ce personnage mais des bribes".

Bien que talentueux, Reshef Levi ne se voit pas devenir acteur à plein temps. Pas question pour lui de passer des auditions.

Composée de dix épisodes, sa série tragi-comique sur le deuil et la parentalité a ému le public cannois, qui en a eu la primeur, et lui a réservé une longue ovation. Elle doit être diffusée en juin en Israël.

- Bande de filles -

Pour l'actrice espagnole Leticia Dolera, 37 ans, vue dans le film d'horreur "Rec 3 Genesis", "écrire des scénarios, réaliser ou jouer font partie du même ensemble: raconter des histoires".

Actrice depuis une quinzaine d'années, c'est tout naturellement qu'elle a joué dans sa propre série "Perfect life" ("Dejate llevar" en espagnol), sur des trentenaires en crise.

"Je voulais parler des femmes autour de moi et de ce qui me tient à coeur", comme la pression d'être une superwoman, l'idée qu'on se fait de la famille, les insécurités sur le plan professionnel.

Ce qu'elle fait à travers le portrait de trois femmes (Maria, Esther et Cristina), sur lesquelles plane l'ombre de deux autres séries: "Girls" de Lena Dunham et "Transparent" de Jill Soloway.

Plus qu'une fiction sur une bande de copines (8x30 minutes), "Perfect life" traite de diversité au sens large, avec des personnages homosexuels ou handicapés comme Gari, dont va tomber enceinte Maria, jouée par Leticia Dolera elle-même.

- Au pays des trolls -

Le Norvégien Vidar Magnussen, 41 ans, s'était fait remarquer avec une parodie de la série "Sherlock", jouant de la prétendue tension érotique entre le fameux détective et son acolyte Watson.

A tel point que la chaîne publique norvégienne NRK lui a laissé carte blanche et "trois ans et demi pour laisser parler son imagination".

Le résultat "Magnus" est déjanté, mêlant enquête policière avec "le pire enquêteur" de Norvège, interprété par Magnussen lui-même, et récit fantastique nourri aux mythes scandinaves.

"Le défi était d'écrire une comédie un peu stupide tout en se fondant sur la réalité", explique celui qui n'y va pas de main morte sur les clichés liés au monde scandinave. "Je voulais des personnages faciles à décrypter, des méchants vraiment méchants, des suicidaires totalement suicidaires". Et des trolls pour ouvrir sur un univers surnaturel. La recette a d'ores et déjà séduit en Norvège, où la série a déjà été diffusée.

Vos commentaires