En ce moment
 
 

Jeunes Belges en short menacées de mort par un homme au Maroc: la population locale soutient les ados, mais l'asbl doit annuler les séjours (vidéo)

Jeunes Belges en short menacées de mort par un homme au Maroc: la population locale soutient les ados, mais l'asbl doit annuler les séjours (vidéo)

Les menaces de mort proférées à l'encontre de jeunes Belges, bénévoles pour une asbl au Maroc, continuent de troubler les esprits, et ce, malgré l'arrestation de l'homme à l'origine des menaces. En effet, l'Asbl a décidé d'annuler les prochaines missions. Sur place au Maroc, l'affaire a suscité l'indignation. La population marocaine, qui appréciait grandement le travail bénévole de ces jeunes, a exprimé tout son soutien envers les adolescents Belges.

Un groupe de jeunes Belges a été visé par des menaces de décapitation par un homme. En cause: leur tenue vestimentaire, à savoir, un short. Ces jeunes filles et garçons étaient au nombre de douze et travaillaient bénévolement dans le village d'Adar au Maroc, pour l'association Bouworde. Les menaces de mort ont été tenues par un instituteur qui a été arrêté par la police. Outre cet homme, un député du parti islamiste PJD, à la tête de la coalition gouvernementale, a aussi dénoncé les tenues des jeunes Belges.

"Bouworde est actif dans la région de Taroudant depuis plus de 15 ans", indique Mme Heylighen à Belga. "Dans le village d'Adar, l'ASBL est active depuis 10 ans. Nous y avions déjà construit une école ainsi qu'un centre pour les femmes. Cette année, les bénévoles étaient en train de réparer les voiries endommagées à la suite d'inondations."


Les prochains voyages sont annulés car les parents sont inquiets

Selon la porte-parole, le travail des jeunes est très apprécié par les habitants, comme en témoigne un reportage de la chaîne de télévision locale, montrant une belle complicité entre les jeunes et la population locale. Bouworde affirme que, malgré ces propos menaçants, les jeunes n'ont jamais été réellement en danger. "L'homme qui a proféré cet appel à la décapitation habite à 800 kilomètres du village. Les bénévoles n'ont appris l'existence de celui-ci que par la presse." Le travail à Adar est à présent terminé.

Les jeunes resteront encore quelques jours au Maroc pour y faire du tourisme. Néanmoins, l'association a changé son programme en ce qui concerne le reste des voyages. "Trente-cinq jeunes partent le week-end prochain dans la même région et des parents nous ont fait part de leur inquiétude", a dit l'association Bouworde. Ce soir une décision est prise, aucun jeune bénévole de l’association ne partira. Sur place, la population marocaine est unanime et soutient les adolescents Belges.

Vos commentaires