En ce moment
 
 

F1: Leclerc offre à Ferrari une pole position inattendue à Singapour

sport

On attendait Hamilton ou Verstappen, on a encore eu Charles Leclerc: homme en forme du moment, le Monégasque a offert à Ferrari une pole inespérée au Grand Prix de Singapour, quinzième manche de la saison de Formule 1, samedi.

Vainqueur depuis la position de pointe des deux derniers GP en Belgique et en Italie - ses premiers succès en F1 -, Leclerc est bien parti pour récidiver dimanche.

Il est en effet compliqué de dépasser sur le circuit urbain de Marina Bay. Ainsi, huit des onze vainqueurs se sont imposés depuis la première place sur la grille et les trois à ne pas y être parvenus ont subi un incident en course.

"Les statistiques sont contre nous mais la course n'a pas encore commencé", veut tout de même croire le patron de Mercedes Toto Wolff.

Au départ, la nouvelle coqueluche de la F1 sera accompagnée du Britannique Lewis Hamilton (Mercedes). Ils devanceront l'Allemand Sebastian Vettel (Ferrari), le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) et le Thaïlandais Alexander Albon (Red Bull).

Sur le papier, les Flèches d'argent et les Red Bull, qui bénéficient de plus d'appuis aérodynamiques, devaient être plus agiles et donc plus véloces que les Ferrari, dont le principal atout est la puissance moteur, dans les virages lents du tracé singapourien.

- "Mieux" que ce que Ferrari espérait -

Mais la Scuderia, distancée en essais libres vendredi, est parvenue à hausser son niveau samedi.

"Nous sommes arrivés en sachant que ça serait difficile mais l'équipe a fait un travail énorme", a expliqué Leclerc, qui avec cinq poles en 2019 surclasse Hamilton et Bottas (quatre chacun, plus une à Verstappen et une à Vettel). "Nous avons apporté quelques nouvelles pièces qui ont bien fonctionné. (...) J'ai beaucoup travaillé après un vendredi compliqué et ça a payé."

"C'est mieux que ce que nous espérions", a aussi confié son patron Mattia Binotto.

"Je ne sais pas où ils ont trouvé leur rythme aujourd'hui ! Normalement, ça n'était pas une de leurs pistes fortes. Ils ont fait du beau travail", les a félicités Hamilton, "content" tout de même d'avoir "extrait tout ce (qu'il pouvait) de (sa) voiture" pour se glisser entre les deux Ferrari.

"Demain, je pense que nous pouvons être agressifs", annonce celui qui a toutes les chances de s'adjuger un sixième titre mondial en fin de saison, grâce à ses 63 points d'avance sur son dauphin Bottas à sept manches de l'issue.

Si le Britannique était tout miel face à son rival après les qualifications, difficile de ne pas y voir un avertissement. Hamilton n'a guère apprécié la défense très agressive de Leclerc en Italie et avait déjà prévenu qu'il hausserait le ton lors de leur prochain affrontement.

- Verre à moitié plein -

Vettel, lui, semblait voir le verre à moitié plein après ces +qualifs+.

L'Allemand était en tête à l'issue du premier essai pour la pole, avant d'être surclassé par son équipier et par le pilote Mercedes. "Mon dernier tour aurait pu être meilleur mais je me suis amélioré passage après passage, a-t-il estimé. J'ai peut-être atteint mon pic trop tôt."

Si ce résultat ne lui permet pas d'équilibrer la balance face à son jeune équipier, qui semble avoir définitivement pris l'ascendant en ouvrant le compteur de victoires de la Scuderia cette saison, elle gomme tout de même un peu son tête-à-queue et sa treizième place à Monza.

Les McLaren et les Renault complètent comme souvent le top 10 des qualifications. Mais Daniel Ricciardo (Renault) a perdu sa huitième place à cause d'une infraction au règlement technique au niveau de son moteur électrique. L'Australien partira donc en dernière position sur la grille.

Les Français Pierre Gasly (Toro Rosso) et Romain Grosjean (Haas) s'élanceront onzième et dix-septième.

Le départ sera donné à 20h10 locales (14h10 françaises) dimanche, dans un léger brouillard dû aux feux de forêt en Indonésie voisine qui n'a jusque-là pas affecté le déroulement du week-end.

Vos commentaires