GP de Belgique: Vandoorne vers un renvoi avant le GP d'Italie

GP de Belgique: Vandoorne vers un renvoi avant le GP d'Italie
Le pilote belge de McLaren, Stoffel Vandoorne, en conférence de presse à Spa-Francorchamps avant le Grand Prix de Belgique, le 23 août 2018 JOHN THYS

Le Belge Stoffel Vandoorne (McLaren) risque d'être évincé dès la semaine prochaine avant le Grand Prix d'Italie de Formule 1 dans un jeu de chaises musicales impliquant le Canadien Lance Stroll (Williams) et le Français Esteban Ocon (Force India), a appris jeudi l'AFP de sources concordantes.

le natif de Courtrai, dont le contrat s'achève en fin de saison, est très proche d'un renvoi anticipé, selon ces sources.

L'Espagnol Carlos Sainz Jr, actuellement chez Renault, remplacera l'an prochain son compatriote Fernando Alonso dans l'autre baquet de McLaren.

"Je suis confiant, même si rien n'est garanti pour l'année prochaine", a réagi Vandoorne, l'air abattu jeudi en conférence de presse à Spa-Francorchamps, avant le Grand Prix de Belgique.

Agé de 26 ans, il a jusqu'à présent obtenu des résultats médiocres depuis son intronisation en F1 début 2017 et occupe le 16e rang du classement cette saison.

"Pour l'instant je suis ici chez Williams, je ne suis pas sûr de ce que je ferai dans le futur, nous verrons ce que mon père décide de faire avec moi", a pour sa part résumé un Stroll très guilleret jeudi.

Son père, le milliardaire Lawrence Stroll, a en effet récemment racheté l'écurie Force India, à la tête d'un consortium d'investisseurs, dans le but de placer son fils dans une équipe plus performante que Williams, lanterne rouge du classement constructeurs.

Ce rachat n'est toutefois pas entièrement validé, ce qui fait peser la menace d'une non-participation de Force India au GP de Belgique.

Le pilote de 19 ans, qui a déjà largement bénéficié de la fortune paternelle pour accéder à la catégorie reine du sport automobile, s'est refusé à confirmer qu'il terminerait bien la saison chez Williams.

Couvé par Mercedes et son patron Toto Wolff, Esteban Ocon, menacé par une éventuelle venue de Stroll, pourrait donc rebondir chez McLaren, motorisé par Renault, ou éventuellement chez Williams, équipé par Mercedes, dans ce qui constituerait alors un simple échange de pilotes.

"Je ne sais pas si j'irai chez McLaren. S'il y a une possibilité, pourquoi pas?", a déclaré Ocon, "pas inquiet" pour son futur.

Vos commentaires