En ce moment
 

Mexico : des dizaines de blessés dans des heurts lors d'une évacuation

(Belga) Des dizaines de personnes ont été blessées dans une violente opération d'évacuation d'un campement illégal dans le centre de Mexico mercredi, alors que la capitale commémore les deux séismes meurtriers de 1985 et 2017.

Selon des habitants de ce campement situé dans le quartier de Juarez, les heurts ont débuté à l'aube lorsque des policiers en civil ont commencé à les frapper sans prévenir. "On nous a frappés, les policiers ont sorti leur pistolet devant les enfants (...) J'ai eu peur, j'ai attrapé mon fils. Ils ont commencé à nous frapper avec des bâtons, des balais, des pierres, des machettes", a témoigné auprès de l'AFP Margarita Margarito, une vendeuse de rue de 30 ans, qui appartient, comme nombre de ses voisins, à l'ethnie indigène Otomi. Ce campement illégal est occupé depuis plus de vingt ans par ce groupe indigène dans un terrain vague près d'un immeuble abandonné. Une centaine de familles vivent sur place, selon les autorités. Margarita Margarito a indiqué que les policiers n'avaient présenté aucun ordre officiel d'évacuation. "Ils sont seulement arrivés et ont frappé tout le monde, les enfants, les femmes, les personnes âgées", a-t-elle expliqué, une trace de coup sur le front. Une centaine de policiers anti-émeutes ont été dépêchés sur place et empêchaient les habitants qui souhaitaient récupérer leurs affaires d'accéder au campement. Les habitants ont répliqué en lançant des pierres, des bâtons, dans des affrontements qui ont duré plusieurs heures, selon des correspondants de l'AFP sur place. Les autorités ont indiqué que les affrontements avaient été provoqués par la résistance des habitants qui ne voulaient pas quitter les lieux en dépit d'une décision de justice. Parmi les blessés figurent des enfants et des policiers. Un photographe de l'AFP, qui a reçu une pierre en pleine tête, a été hospitalisé. Ces heurts ont eu lieu alors que la capitale commémorait ce mercredi deux séismes meurtriers, l'un dans lequel 369 personnes ont péri en 2017 et l'autre qui a fait plus de 10.000 morts, à la même date, en 1985. A cette occasion, des manifestations ont été organisés par des habitants laissés sans abri depuis le séisme de l'an dernier, et qui accusent les autorités de les avoir abandonnés à leur sort. (Belga)

Vos commentaires