Présidentielle en RDC - Un journaliste arrêté et tabassé pour avoir couvert un meeting d'opposition

(Belga) L'ONG Journaliste en danger (JED) a dénoncé jeudi l'arrestation d'un journaliste "violemment battu pour avoir couvert un meeting d'un candidat" d'opposition en République démocratique du Congo.

Ce "journaliste - technicien" d'une radio de la province du Kwilu à l'ouest de Kinshasa "a été interpellé, le mercredi 19 décembre 2018, au moment où il quittait sa rédaction par un groupe de policiers", selon JED, partenaire de Reporters Sans frontières (RSF). "Embarqué de force dans un véhicule", le journaliste a été conduit à la résidence "d'une députée locale de la majorité "où il sera ligoté et torturé pendant plusieurs heures avant son transfert à Kinshasa dans la soirée", selon JED. "Le journaliste est détenu dans un cachot du Commissariat provincial de la police de Kinshasa". Joint par l'AFP, le porte-parole de la police de Kinshasa n'a pas donné suite ce jeudi, renvoyant sa réponse à vendredi. Le journaliste Rodrigue Ndakazieka "a été arrêté au moment où il venait d'assurer la retransmission en direct du meeting de l'opposant et candidat à l'élection présidentielle Martin Fayulu", selon JED. Cité par JED, le directeur de la Radio Mwinda, Jean Bosco Diona, affirme que "les installations de son média sont assiégées". "Nous avons interrompu toutes nos activités. Tous les journalistes sont contraints de vivre dans la clandestinité à la suite de la diffusion en direct du meeting de Martin Fayulu", assure-t-il. Les élections initialement prévues le 23 décembre ont été renvoyées au 30 décembre en République démocratique du Congo, a annoncé la commission électorale. La campagne s'achèvera vendredi. (Belga)

Vos commentaires