En ce moment
 

DANGER à Villers-la-Ville: des malfrats volent les grilles d'évacuation des eaux posées sur les routes (vidéo)

La commune de Villers-la-Ville est victime de vol de grilles d'évacuation des eaux posées en travers des routes. Il y a eu deux vagues de vol en quelques semaines avec deux conséquences: cela coûte cher de les remplacer et certaines routes peuvent être dangereuses pour les automobilistes. Nos deux journalistes Sébastien Prophète et Ghislain Federspiel se sont rendus sur place.

Les malfrats ont emporté plusieurs grilles en fonte qui recouvrent les avaloirs dans la nuit de jeudi à vendredi. Jusqu'à présent, deux automobilistes ont signalé avoir endommagé leurs voitures. "On met vraiment en danger la vie des utilisateurs de la voirie. Ce sont des grilles qui traversent l'entièreté de la voirie et donc il n'y a pas d'échappatoire, la voiture doit passer dedans. C'est pire pour un motard, je ne lui donne pas cher de sa peau", explique Emmanuel Burton, bourgmestre de Villers-la-Vile, au micro de nos journalistes Sébastien Prophète et Ghislain Federspiel.

Au total, 17 grilles ont disparues. Des ouvriers en ont donc soudés de nouvelles. "Souder est une solution mais cela veut dire aussi qu'à chaque fois qu'on devra nettoyer, il faudra dessouder et ressouder à nouveau, c'est un travail énorme qui nous attend. Evidemment, s'il n'y a pas d'autres solutions, on les soudera mais je suis en train de me renseigner chez le fournisseur s'il n'y a pas un autre système qui permet de bloquer de l'intérieur ou par le dessous de la grille", indique Philippe Vanhollebeke, échevin des travaux, toujours au micro de nos deux journalistes.

Pour la commune, le préjudice s'élève à plus de 7.000 euros. Les voleurs sont probablement à la recherche de métaux à revendre. "Nous allons tout faire pour essayer de les retrouver, je sais que police enquête. Il n'est pas impossible qu'on commence des rondes de nuit pour essayer de leur tomber dessus", ajoute encore Philippe Vanhollebeke.

La commune lance un appel à témoins pour faire progresser cette enquête.

Vos commentaires