En ce moment
 
 

La perruche qui s'est posée sur l'épaule d'Angèle s'appelle Blue et est exceptionnelle: "Elle parle et ne vit pas en cage" (vidéo)

Les perruches sont présentes en nombre à Bruxelles. La chanteuse Angèle en a fait l'expérience alors qu'elle était attablée à une terrasse de la capitale. Mais selon ses propriétaires, le petit oiseau bleu qui s'est posée sur l'épaule de la chanteuse est particulier: il parle et ne vit pas dans une cage.

Grâce à la publication Instagram de la chanteuse Angèle au sujet d'une jolie petite perruche bleue qui s'était posée sur son épaule, les propriétaires de l'oiseau sont rassurés: la perruche n'est pas bien loin de chez eux. Néanmoins, le volatile, nommé "Blue", n'est toujours par revenu auprès de ses maîtres. Tout le monde la connaît dans le quartier, car Blue a l'habitude de voler au-dessus des jardins. En effet: elle ne vit pas en cage! Par ailleurs, selon sa propriétaire Blue a une particularité : elle parle.

"C'est mon fils qui a élevé cette petite perruche dans sa poche, donc tout bébé, explique Véronique Drehsen, propriétaire de Blue. Il lui a appris plein de choses. La condition pour qu'il la garde était qu'elle ne vive pas dans une cage car moi, l'idée qu'un oiseau soit en cage m'insupporte. Donc on a convenu qu'elle vivrait dans la maison et qu'on lui apprendrait à sortir pour qu'on ne soit pas obligés de la laisser seule. Donc elle est très habituée aux humains, elle est familière, c'est comme ça qu'elle s'est retrouvée sur les terrasses. Elle est médiatisée à mon insu, mais si on peut la retrouver grâce à ça, tant mieux".

La famille a même créé une page Facebook appelée "Opération perruche Blue", qui recommande des conseils et contacts si vous apercevez l’oiseau perdu.

Pas de quoi la confondre à Bruxelles. Dans la capitale, il y a environ 10.000 perruches mais elles sont toutes vertes. "L'espère la plus répandue, la perruche à collier et sa présence est due à un geste volontaire à Bruxelles, éclaire Anne Weiserbs, biologiste chez Natagora. Il faut se rendre compte que le parc Meli a lâché quarante oiseaux. Dans son environnement naturel, l'oiseau va jusqu'aux contreforts de l'Himalaya, donc ce n'était pas du tout problématique pour lui de s'adapter à notre climat. Et maintenant, il y a dix mille oiseaux, donc… ce n'était peut-être pas la meilleure idée du monde".

Quant à la petite perruche Blue, ses propriétaires seront ravis de la retrouver pour passer, après l’été, l’hiver au chaud, sur une épaule ou pas.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires