En ce moment
 
 

Une famille d'Anderlecht importe du cannabis d'Espagne et du Maroc: une vingtaine de personnes interpellées

La Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles a procédé le 27 juin dernier à une trentaine de perquisitions en région bruxelloise, dans le cadre d'une enquête sur un trafic de drogue à échelle internationale, a communiqué le parquet de Bruxelles jeudi. Vingt-et-une personnes ont été interpellées, dont les présumés principaux responsables du trafic de stupéfiants, membres d'une même famille d'Anderlecht. Onze d'entre elles ont été inculpées.

"La section de lutte contre les stupéfiants de la Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles a conduit, le 27 juin 2019, une vaste opération de perquisitions visant à démanteler les activités d'une organisation criminelle active dans un trafic international de stupéfiants. L'organisation, une structure familiale anderlechtoise, importait depuis plusieurs années du cannabis d'Espagne et du Maroc à destination de la Belgique et de la France", a détaillé jeudi Denis Goeman, porte-parole du parquet de Bruxelles.

"Vingt-et-une personnes ont été interpellées à la suite des perquisitions, dont les principaux membres de l'organisation. Douze d'entre elles ont été déférées devant un juge d'instruction qui en a inculpé onze, dont une en tant que dirigeante de l'organisation. Quatre des inculpés sont maintenus en détention préventive, trois autres ont été libérés sous conditions et les quatre derniers sans condition. Les enquêteurs ont par ailleurs mis la main sur une dizaine de kilos de cannabis, une somme d'argent de 65.000 euros, une dizaine de véhicules ainsi que trois armes à feu", a précisé le porte-parole du parquet.


Une enquête de plusieurs mois

L'enquête dans ce dossier a débuté il y a plusieurs mois. Près de 600 kilos de cannabis avaient déjà été découverts en France et aux Pays-Bas et une cinquantaine à Bruxelles. L'intervention du 27 juin dernier s'est déroulée principalement en Belgique, à Bruxelles, où l'organisation criminelle responsable du trafic semble être implantée, mais aussi aux Pays-Bas. Elle a sollicité la mobilisation de quelque deux cents policiers.

"La lutte contre certaines formes graves de criminalité liées aux stupéfiants est un phénomène prioritaire de la politique de sécurité fixée par le gouvernement. Cette perspective est intégrée au sein de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles par une approche stratégique dénommée "Plan Global Stupéfiants", qui engage de concert la police locale, la Police Fédérale et le Ministère Public. Ce plan vise notamment une approche financière et économique de clans criminels actifs sur le territoire bruxellois. L'enquête qui vient d'être menée s'inscrivait tout à fait dans ce cadre", a encore expliqué Denis Goeman.

Vos commentaires