En ce moment
 

Bagarre entre supporters belges et français à Courtrai

Bagarre entre supporters belges et français à Courtrai

Après le match d'hier soir, une bagarre a éclaté entre les supporters belges et français à Courtrai. La police a arrêté plusieurs personnes. Dans les communes frontalières de Menen et Wervik, des mesures spécifiques pour éviter les troubles avec les Français avaient été prises et tout s'est bien déroulé.

Sur la Kortrijk Schouwburgplein, un certain nombre de supporters se sont montrés violents après le match. "Quelques supporters français auraient défié un certain nombre de supporters belges, et il y a eu un affrontement, cinq personnes ont été arrêtées administrativement", explique Thomas Detavernier, attaché de presse de la zone de police de Vlas.

La police surveillait la place depuis une position élevée et a pu intervenir rapidement.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Par ailleurs, un supporter belge a dû être emmené en ambulance après avoir dû être réanimé sur place suite à un problème cardiaque, ont expliqué les pompiers de la zone de Fluvia.


Aucun incident à Wervik et Menen

Dans les communes frontalières de Wervik et de Menin, des mesures de précaution avaient été prises pour éviter les perturbations avec les supporters français de l'autre côté de la frontière. Wervik a installé un conteneur et des blocs de béton sur le pont reliant la ville à celle de Wervicq-Sud pour empêcher les supporters français de mettre les choses en place. Sur ce pont, il y avait eu des problèmes après le match Belgique-Brésil. "Mardi tout s'est bien déroulé, la plupart des Français sont restés de leur côté de la frontière, et j'ai déjà envoyé un SMS à mon collègue de Wervicq-Sud pour le féliciter de sa victoire", a déclaré le bourgmestre sp.a Youro Casier.

Menen a utilisé des patrouilles policières mixtes avec des agents belges et français. Un certain nombre de passages frontaliers ont également été surveillés de plus près.

Vos commentaires