En ce moment
 
 

Le chauffard de Strépy-Bracquegnies accusé de meurtre pour l'une des 6 victimes du drame: "Je suis soulagé", explique le frère de celle-ci

 
 

Le chauffard de Strépy-Bracquegnies est désormais poursuivi pour meurtre. Les faits ont été requalifiés par la chambre du Conseil pour l'une des victimes. Explications.

Réunie vendredi, la chambre du conseil de Tournai a requalifié les faits à l’encontre de Paolo Falzone, jusqu'ici qualifiés d'homicides involontaires. Le trentenaire est désormais poursuivi pour meurtre concernant une des victimes, et homicides involontaires pour les autres. C'est ce qu'a indiqué le parquet de Tournai dimanche soir. 

Pour les proches de Frédéric d'Andrea, cette requalification était nécessaire. Son frère, Nicolas d'Andrea, témoigne pour RTLINFO: "Je suis soulagé pour ma famille mais en même temps, on reste sur notre faim pour les autres victimes. Il y avait mon frère dans les 6 victimes, mais les 5 autres sont réelles aussi. Cette requalification nous satisfait mais nous laisse un petit goût amer pour les 5 autres victimes."

La décision de requalifier les faits a été prise sur base du dossier. Chaque phase de l'accident est scrupuleusement analysée, notamment grâce aux images filmées par les caméras de surveillance et aux témoignages.

"Dans ce cadre-là, il a été constaté par la Chambre du Conseil que durant l'une de ces phases, le comportement de l'inculpé pouvait davantage correspondre à celui de la commission d'un meurtre plutôt qu'un homicide involontaire", détaille Damien Verheyen, Substitut du procureur du Roi de Mons.

Pour rappel, avant de perdre la vie, Frédéric a sauvé un enfant de 12 ans et s'est sacrifié pour lui. 

Pour le chauffeur du drame, Paolo Falzone, la requalification des faits a deux conséquences.

"Dorénavant, le maintien de la détention préventive sera examiné au regard de l'absolue nécessité pour la sécurité publique de maintenir l'inculpé en détention. Et l'autre conséquence, c'est par rapport au procès qui pourra le cas échéant se dérouler devant une cour d'assises", précise le Substitut.

Une enquête longue et douloureuse pour les proches des victimes: "On sait que l'on ne pourra pas faire notre deuil correctement tant que tout cela ne sera pas terminé. Ce sont des échéances difficiles pour moi, pour les autres proches des victimes. On essaye de partager un maximum d'échanges aussi avec les autres, mais voilà ce sont des étapes qui sont longues et difficiles, et il y a une attente", déplore Nicolas d'Andrea.

D'ici 15 jours, la Chambre des mises en accusation devra aussi se prononcer concernant une libération sous bracelet électronique de Paolo Falzone.


 

Vos commentaires