En ce moment
 

Trois Carolos inventent un appareil permettant de démultiplier l'écran de votre ordinateur (vidéo)

Si votre écran d’ordinateur ne vous suffit pas, on peut le multiplier. Trois entrepreneurs de la région de Charleroi viennent de créer un produit unique au monde. Un appareil qui permet de démultiplier l’écran de votre ordinateur portable.

Trois écrans côte à côte. Le prototype est actuellement exposé dans un magasin de Gosselies (Charleroi). Unique en son genre, il suscite déjà beaucoup d’intérêt sur les réseaux sociaux. Un commercial parisien a même fait le déplacement pour découvrir l’appareil. Il était au micro de RTL-TVi lors du RTLinfo 13H: "Je suis emballé par le concept, car ça permet d’avoir une présentation sur les deux écrans supplémentaires et de garder ses notes sur le côté. L’intérêt est d’étendre le bureau de manière pratique et ne pas se promener avec un écran supplémentaire."


"Quelque chose qui n'existe pas"

Les deux écrans secondaires s’articulent à 180 degrés. Convivial, l’appareil se branche simplement via l’entrée USB. Charlee Jenhomme, créateur du projet, dit: "Il faut juste l’aimanter, le brancher et ça fonctionne." Christophe Clippe, responsable d’une grande surface spécialisée, ajoute: "C’est quelque chose qui n’existe pas donc aujourd’hui les ‘gamers’ utilisent plusieurs écrans. Dans les bureaux aussi. Les écrans sont complètement séparés. On ne peut pas les emmener à la maison."


Verdict dans un mois

Une septantaine de précommandes ont déjà été enregistrées, mais pour être viable le projet doit récolter 300.000 euros en un mois pour être produit à grande échelle. Il sera alors lacé sur un site américain de crowdfunding (collecte d’argent) dès la semaine prochaine. Laurent Wéry, également créateur, précise: "C’est une plateforme qui est visitée par 8 millions de personnes. On a l’impression qui a déjà un bel engouement. En 5 jours, nous avons touché en Belgique plus d’un million de personnes."

Si le pari est réussi d’ici au 6 août prochain, l’appareil sera assemblé à Charleroi d’ici la fin de l’année. 

Vos commentaires