En ce moment
 
 

Une odeur nauséabonde sentie depuis plusieurs jours au sud de Mons: "Insoutenable!"

Une odeur nauséabonde sentie depuis plusieurs jours au sud de Mons:
(c)Google Map

De nombreux habitants de la région de Mons signalent depuis plusieurs jours une odeur nauséabonde via notre bouton orange Alertez-nous mais aussi sur Facebook. En voici quelques extraits: "Une odeur suspecte se fait sentir depuis quelque temps et régulièrement sur Mons et ses environs". "Des odeurs nauséabondes sont ressenties sur Mons, Frameries, Ciply, Hyon, etc. C'est désagréable, ça pique aussi aux yeux, ça donne le mal de tête.  Déjà plusieurs jours". "L’odeur était insoutenable sur Mesvin hier matin". "Depuis ce week-end une très mauvaise odeur est constatée dans une partie de Mons (Hyon, Mesvin, Cuesmes, Jemappes,...) et largement relayée sur les réseaux sociaux".

Nous avons joint les pompiers de la zone Hainaut Centre dont les nasaux avaient aussi remarqué cet air pas très frais. Selon notre interlocuteur, il ne s'agit probablement que de très mauvaises odeurs de ferme. Selon toute vraisemblance, la chaleur et un peu de vent ont amplifié le parfum âcre de fumier ou de purin (urine des animaux de ferme et éventuellement le liquide s'écoulant du fumier) épandu par les agriculteurs sur leurs terres après la récolte et servant d'engrais organique pour régénérer les terres en azote, phosphore et potasse.

D'autres suspectent la station d'épuration de Wasmuël (Quaregnon, à l'ouest de Mons), dont le séchage des boues avait déjà été accusé de se trouver à l'origine de mauvaises odeurs subies par les habitants des environs l'an passé. La porte-parole de l'intercommunale qui gère la station a reconnu à nos confrères du journal La Province qu'avec la chaleur l'odeur était plus forte que d'habitude mais qu'elle n'était pas "piquante" comme la description faite par les riverains. Elle indiquait par ailleurs que la zone concernée par les mauvaises odeurs était assez vaste, comprenant le grand Mons. Une hypothèse de la police de l'environnement, à laquelle l'intercommunale a fait appel, serait des épandages d'engrais dans les champs, relayait la porte-parole sur La Province. On revient alors à l'hypothèse émise par les pompiers.

Vos commentaires