En ce moment
 

"Le médecin m’a bien culpabilisée": les confidences de Valérie Damidot sur ses avortements

 
 

L’animatrice s’est livrée sur ce sujet très personnel aux côtés de douze autres personnalités.

Enora Malagré, Anna Mouglalis, Corinne Masiero… treize personnalités se livrent sans tabou sur l’avortement dans le dossier thématique du dernier numéro du magazine féministe "Causette", baptisé "Oui, j’ai avorté". Parmi elles, l’animatrice Valérie Damidot, qui livre un témoignage émouvant sur ses deux IVG.

À l’âge de 20 ans, elle est tombée enceinte. Une grossesse non désirée pour laquelle elle n’était "pas prête", confie-t-elle. "J'ai avorté sur mon lieu de vacances. C'était il y a 36 ans", raconte-t-elle. Si son médecin n’a pas eu de mal à comprendre sa démarche, le jour même, il n’en fut pas de même avec un autre praticien.

"Son remplaçant m'a bien culpabilisée. 'T'es sûre ? C'est un enfant, là. Et c'est irréversible.' A la sortie, je me suis dit : 'T'es là pour commettre un acte médical, pas pour me dire que ça va finir à la poubelle, enfoiré'", a-t-elle raconté dans Causette.

Ses proches l’ont soutenue dans ce premier IVG, mais Valérie Damidot aurait souhaité être mieux informée sur l’expérience qu’elle s’apprêtait à vivre. "J'aurais aimé qu'on m'explique plus comment ça allait se passer. Personne ne m'avait prévenue qu'autant de sang coulait. Je n'ai pas eu mal, mais ça créé un stress, une fatigue difficile", explique-t-elle.

À 29 ans, elle a accouché de son premier enfant, puis est tombée à nouveau enceinte juste après. "J'avais 29 ans et déjà deux enfants. Il n'y a même pas eu de discussion", confie-t-elle.


 




 

Vos commentaires