En ce moment
 

Lily-Rose initiée à la drogue par son père alors qu'elle n'avait que 13 ans: Johnny Depp s'explique devant la justice

Lily-Rose initiée à la drogue par son père alors qu'elle n'avait que 13 ans: Johnny Depp s'explique devant la justice
BELGA et ISOPIX
 
 

En plein procès face à son ex-femme Amber Heard, Johnny Depp fait de surprenantes révélations sur ses relations avec la drogue et l'alcool. Ce mercredi, devant la cour de justice royale de Londres, l'acteur de 57 ans a expliqué comment il en est venu à donner de la drogue à sa fille, née de sa relation avec Vanessa Paradis, alors qu'elle n'avait que 13 ans.

Après avoir expliqué qu'il avait lui-même pris des calmants à l'âge de 11 ans, l'acteur a expliqué comment les choses se sont passées. A 13 ans, Lily-Rose lui a expliqué qu'un jeune homme lui avait tendu un joint un an plus tôt, et qu'elle avait été désemparée. "Elle n'avait que 12 ans et elle a dit qu'elle ne savait pas quoi faire. Je lui ai dit: 'Écoute, mon cœur, si tu es à une fête et que quelqu'un te tend le joint, prends le joint à la personne et passe-le à la personne suivante. S'il te plaît, n'essaie pas de drogues avec des gens que tu ne connais pas'", explique-t-il à la Cour.

"Je voulais m'assurer que les réglages soient parfaits"

Sachant que sa fille allait essayer un jour et voulant que sa première fois se fasse dans de bonnes conditions, Johnny Depp a alors tout préparé pour vivre ce moment avec elle. "Je lui ai dit que le jour où elle se sentait prête et qu'elle voulait essayer, je voulais qu'elle vienne me voir. Je ne voulais pas que sa première expérience soit avec des gens qu'elle ne connaissait pas et dont elle n'avait pas confiance. Je voulais m'assurer que les réglages soient parfaits, mettre la télévision, remplir le réfrigérateur de crème glacée, créer une situation où l'expérience serait aussi agréable que possible", poursuit-il. 

Après avoir parlé avec Vanessa Paradis, Johnny Depp a donc offert cette expérience à sa fille alors qu'elle n'avait que 13 ans. "Je savais que la marijuana que j'avais moi-même, que je fumais moi-même, était digne de confiance et de bonne qualité". 




 

Vos commentaires