"J'ai peur que la cocaïne t'ait bouffé le cerveau": Thierry Ardisson réplique aux attaques de Frédéric Beigbeder (vidéo)

Frédéric Beigbeder s’en est pris, entres autres, à Thierry Ardisson dans son dernier roman "Une vie sans fin". Celui qui est surnommé "L’homme en noir" a répondu à ces critiques avec une certaine virulence.

Dans Une vie sans fin, paru en janvier, Frédéric Beigbeder s’interroge sur la vie, la mort et les possibilités d’une vite éternelle. Des sujets a priori très éloignés du microcosme médiatique parisien. Pourtant, l’auteur est parvenu à glisser des critiques acerbes visant quelques-uns de ses collègues.

Selon l’écrivain, Nagui serait "prêt à animer n'importe quel jeu débile". Ce dernier lui a répondu sur le ton de la dérision dans son émission La Bande originale (France Inter) en affirmant qu’il était "fier d'être cité dans une œuvre littéraire". Thierry Ardisson, également pris pour cible, a fait preuve de moins d’humour…


Thierry Ardisson dépeint comme un écrivain raté

D’après Frédéric Beigbeder, Thierry Ardisson a enfoui ses ambitions artistiques au profit d'une quête à l’audimat : "Alors que Thierry Ardisson rêvait d'être écrivain, rien de ce qu'il prononce n'est de lui: ses prompteurs, ses blagues et ses questions sont rédigés par des pigistes. Tout ce qu'a fait Thierry Ardisson depuis trente ans, c'est lire des textes écrits par d'autres. Il n'est pas surprenant que son obsession consiste désormais à éditer des coffrets de compilations de ses vieilles émissions. Ce romancier frustré souhaite à tout prix occuper une place sur votre étagère."



L'animateur dénonce la trahison d'un ami

Celui qui, à l'âge de 69 ans, présente cette année une douzième saison de son talk-show hebdomadaire "Salut les Terriens !", a visiblement été blessé par ces mots. Il s’est fendu d’un communiqué pour lui répondre : "Frédéric, j'ai peur que la cocaïne t'ait bouffé le cerveau…", écrit-il en guise d’introduction. "Tu me reproches d'animer des jeux débiles mais tu oublies que tu as commencé à la télévision dans une émission culturelle que j'animais, 'Rive droite/Rive gauche'", poursuit-il, amer. Et de conclure : "Une fois de plus, tu as trahi un ami".

Vos commentaires