Accueil People Vos programmes TV Top Chef

"La pire épreuve du concours" : en panne d'inspiration, César, le Belge de Top Chef, panique

Dans la deuxième épreuve de Top Chef de la semaine, les candidats ont été confrontés à l'apparition de la boîte blanche : une pièce dans laquelle les 5 sens sont en éveil et dans laquelle les chefs ont jugé les plats.

Les candidats ont donc dû veiller à ce que le goût, la vue, l'odorat, l'ouïe et le toucher de leur plat soit bien mis en évidence. Une difficulté pour César, le Belge de Top Chef, qui part sur l'idée de revisiter la tarte Bourdaloue (poires et amandes). Le chef Yann Couvreur, qui met les cuisiniers au défi sur cette épreuve, n'est pas convaincu par l'idée dans laquelle se lance César. Trop simple à son goût : il l'encourage à chercher plus loin. 

Mais pour le Bruxellois, c'est le blocage. "Le passage du chef, il n'est pas facile, il est un peu déstabilisant. Ça me parlait cette image de la tarte grand-mère qui sort du four. Visiblement, ça ne parle pas au chef. Peut-être qu'on n'a pas eu la même grand-mère", lance César en réfléchissant pour mieux rebondir.

"Je suis un peu rempli de doutes finalement, j'ai un peu l'impression de passer à côté de mon épreuve", lance-t-il en manquant de brûler ses poires. 

"Cette épreuve, c'est un calvaire. Je crois que jusqu'à présent, c'est la pire épreuve du concours", ajoute-t-il. 

Il se motive et propose autre chose. Lorsque le chef repasse auprès de lui, il lui demande d'aller encore un peu plus loin dans la démarche. 

Au final et au terme de beaucoup d'efforts et de questionnement, César est parvenu à sortir son plat et reste dans la compétition. Mais il s'en est fallu de peu pour qu'il quitte le concours. Cette première épreuve vraiment difficile sonne comme un avertissement pour le Belge qui doit se remettre en selle. 
 

À la une

Sélectionné pour vous