Radja Nainggolan: "Je n'ai aucun problème avec Roberto Martinez, personnellement"

Radja Nainggolan:

Radja Nainggolan s'est livré en long et en large sur sa situation personnelle à l'AS Rome, son avenir mais aussi sur les Diables Rouges et la Coupe du monde en Russie lors d'un entretien à Sport/Foot Magazine sorti mercredi.

Evoluant à la Roma depuis 2014, le Ninja aurait déjà pu partir depuis belle lurette. Chelsea et Manchester United ont notamment été un temps intéressés par le milieu de terrain. "J'aurais pu partir à Chelsea ou dans des autres clubs mais j'ai préféré rester là où je me sens bien. Changer de style de vie et de culture n'est pas vraiment pour moi. Si je pensais à l'argent, j'aurais déjà changé d'équipe deux ou trois fois et je gagnerais plus. Mais je veux bien vivre, pour moi et ma famille. Rien ne manque ici à Rome, nous vivons de la meilleure façon possible, il y a de bons restaurants et il y a de bons magasins. Pour mon avenir, je me vois à Rome, je pense que je vais rester ici".

Un club qui lui permet d'être sélectionné en équipe nationale. Mais pas toujours... La faute à un système tactique où il n'entre pas toujours dans les plans de Roberto Martinez. "Ma meilleure place, c'est parmi les deux médians centraux, dans un 3-4-2-1. Si ça me préoccupe d'être ou pas du voyage en Russie? Oui, ça me préoccupe. Je pense que, sur base de mes prestations des dernières années, je mériterais d'être dans la sélection. Je ne suis pas difficile à gérer, je m'entends bien avec tout le monde. Demandez autour de vous. Je ne suis pas un fauteur de troubles, je n'ai jamais eu de problème avec un autre joueur. Mieux même: les autres Diables Rouges viennent tous me rendre visite à Rome. J'ai une bonne relation avec tous les autres joueurs. Il faut peut-être que je me fasse davantage accepter par le coach lui-même. Je n'ai pourtant aucun problème avec lui, personnellement. Parfois, il faut pouvoir accepter des choix avec lesquels vous n'êtes pas d'accord".

Une interview complète à retrouver dans le Sport/Foot Magazine de mercredi.

Vos commentaires