En ce moment
 

Mouscron, qui n'a pas payé ses employés depuis le mois d'octobre, est interdit de mercato: "On nous a pris pour des cons"

Mouscron, qui n'a pas payé ses employés depuis le mois d'octobre, est interdit de mercato: "On nous a pris pour des cons"
© Belga
 
 

L'Excel Mouscron évolue actuellement en D1B, le deuxième échelon du football belge. On apprend ce mercredi que le club des Hurlus s'est vu interdire de recrutement pour le mercato hivernal. En cause ? Des salaires impayés.

Les joueurs et entraîneur attendent toujours leur salaire du mois d'octobre. Dans une interview accordée à nos confrères de Notélé, le capitaine Christophe Lepoint a expliqué qu'une réunion a eu lieu avec la direction. ""La réunion s’est très mal passée, confie-t-il. M. Declerck a expliqué que Lille devait encore deux millions d’euros à Mouscron et que c’était en partie à cause d’eux qu’on était dans cette situation. Il a commencé à parler de Lopez, en le protégeant, comme d’habitude. Mais à un certain moment, il faut arrêter de se voiler la face. On n’est plus dans le monde des Bisounours. Le ton est monté, avec moi notamment."

On a perdu confiance en la direction

Lepoint a expliqué que les joueurs avaient la sensation de se faire balader depuis le mois dernier. La direction leur a d’abord parlé d’un simple retard de paiement, avant d’évoquer une erreur de la secrétaire de direction, un versement en dollars et même un refus de la banque.

"L’impression qu’on a, ce que [Gérard] Lopez (le propriétaire du club, nulr) essaie de gagner du temps. Pourquoi? Je ne sais pas. Mais on nous a mené en bateau pendant un mois. On nous a clairement pris pour des cons. Le président nous dit de faire confiance à Lopez, qu’il tient toujours ses engagements. Mais, il faut arrêter de se voiler la face. On a perdu confiance en la direction", assène le capitaine.

La tension serait tellement montée que les joueurs ont envisagé de se mettre en grève. Une grève qui n'aura finalement pas lieu grâce à une discussion que les joueurs ont eue mardi matin avec Sébastien Stassin, le responsable du syndicat des joueurs professionnels. A la place d’une grève, ils auraient décidé de se mettre en congé. La reprise de l’entraînement serait programmée ce jeudi, afin de préparer le choc du week-end face à Westerlo, leader du classement.

On ne peut pas se projeter dans le futur

Las de cette situation, le joueur estime que la meilleure chose qui puisse arriver au club, c'est un départ du président. Ni plus ni moins. "Qu’il vende le club, ce serait la meilleure des choses, tranche le capitaine arrivé en janvier dernier. Il faut un nouveau repreneur. Peut-être quelqu’un de la région, quitte à baisser le budget. Il y a deux pistes sérieuses pour reprendre le club. J’espère qu’ils arriveront à trouver un accord. On ne peut plus vivre au jour le jour comme ça. Gérard Lopez effectue un versement à chaque début de mois. Il n’y a aucune trésorerie. On ne peut pas se projeter dans le futur. Si on continue avec lui, on sera en stress à chaque début de mois. Partout où Lopez passe, il y a des problèmes. Ce n’est pas moi qui le dit."

Gérard Lopez, ancien propriétaire du Losc, détient actuellement le club de Bordeaux ainsi que le club de Boavista, au Brésil.


 

Vos commentaires