En ce moment
 

"Neymar, casse toi": le message HOSTILE des supporters du PSG

© Twitter
mercato

Le départ de Neymar agite ce mercato estival. Si le Real Madrid et le FC Barcelone se battent pour le joueur, les supporters du PSG, eux, ont quasiment chassé le joueur ce week-end. Plusieurs banderoles anti-Neymar ont été déployées dans le Parc des Princes dimanche soir.

Neymar allait-il venir assister à la reprise du championnat de Ligue 1 ce week-end entre le PSG et Nîmes? C'était la question. Les équipes télé n'ont montré aucune image du joueur en tribune ou en loge car il n'était apparemment pas au stade. Si le transfert n'est pas encore officiellement acté, l'hypothèse de voir Neymar jouer au PSG une troisième saison est peu probable. Le joueur est désireux de partir et son club a l'air de moins en moins fermé à le voir quitter la capitale française.

Samedi, Leonardo (directeur sportif) a clairement avoué que des discussions avancées avec d'autres clubs existent mais que le PSG n'était pas encore prêt à donner son accord. Dimanche soir, l'entraîneur parisien a déclaré sur Canal+ (qui a diffusé le match): "Je veux continuer à jouer avec Ney. Mais la réalité c’est qu’on doit trouver des solutions sans lui. Si on perd Neymar, peut-être que je n’en dormirai pas. Ce n’est pas possible de perdre Ney et de trouver un gars qui fasse les mêmes choses que lui."

Le Parc hostile

Il n'en fallait pas autant pour les supporters déjà faits à l'idée d'un départ de la star brésilienne. Ils ont d'ailleurs fait comprendre au joueur qu'il ne devait pas revenir au Parc des Princes. De nombreux chants se sont d'ailleurs élevés des tribunes, notamment un "Neymar hijo de puta (fils de pute en espagnol)". Mais aussi, plusieurs banderoles faisant référence à l'affaire judiciaire (classée sans suite) de cet été qui concernait Neymar.  "Se faire taper par une pute n’arrive pas qu’en remontada, tu t’en souviens?", disait le message affiché par les supporters de Paris. De quoi faire passer un message clair au joueur. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


 

Vos commentaires