En ce moment
 

Dénigré par le président du championnat espagnol, le PSG contre-attaque: "Surveillez vos déclarations outrancières"

Dénigré par le président du championnat espagnol, le PSG contre-attaque:
 
 

La Ligue de football professionnel (LFP) et le Paris Saint-Germain ont dénoncé mercredi de nouvelles attaques "outrancières" du président de la Ligue espagnole, Javier Tebas, qui s'en est pris mardi au modèle économique du club français, "aussi dangereux que la Super Ligue".

"La LFP demande à M. Javier Tebas de surveiller ses déclarations outrancières", écrit dans un communiqué l'instance dirigée par Vincent Labrune.

"La LFP ne souhaite pas être la +muleta+ agitée par M. Tebas afin de masquer les problèmes internes traversés actuellement par le football professionnel espagnol", poursuit celle-ci, en référence au morceau de tissu rouge agité par le matador pour tromper le taureau lors d'une corrida.

Plus tôt dans la journée, Victoriano Melero, le secrétaire général du PSG, a fait savoir son opposition dans une lettre adressée au dirigeant espagnol dont l'AFP a pu obtenir copie.

"Maintes fois, vous vous permettez d'attaquer publiquement la Ligue française, notre club, nos joueurs - ainsi que ceux des autres clubs - et les amoureux du football français, en faisant constamment des remarques insultantes et diffamatoires qui insinuent que nous ne nous conformions pas aux régulations financières du secteur, parmi d'autres accusations non-fondées", écrit le dirigeant.

"Nous respectons les règles de l'UEFA et de la France, dont celles de la DNCG (gendarme financier des clubs français, NDLR). Il faut noter que la Ligue française n'a pas attendu ces dernières années, comme la vôtre, pour agir et mettre en place un fort cadre financier", poursuit-il.

"C'est de notoriété publique que certains clubs espagnols et votre ligue font face à des niveaux d'endettement non-durables, en raison d'une gestion grossière", écrit-il encore.

La LFP et le PSG sont montés au créneau après une prise de parole de Javier Tebas qui a comparé mardi l'effectif parisien à "la Ligue des légendes quand on regarde l'âge de certains joueurs."

"Actuellement, le PSG dépense plus de 500 millions d'euros en salaires, avec les pertes liées au Covid et la baisse des droits TV en France, ce n'est pas viable", a-t-il estimé.

"Ce que fait le PSG est aussi dangereux que la Super Ligue. Nous travaillons contre les clubs-Etats", a-t-il encore dit.

Le club parisien, propriété du fonds souverain qatarien QSI, a recruté cet été deux des anciennes têtes d'affiche du Championnat espagnol, avec l'ancien Barcelonais Lionel Messi et l'ex-capitaine du Real Madrid Sergio Ramos.


 




 

Vos commentaires